De Téhéran à Bandar Abbas, en passant par Sanandaj (Kurdistan) et Mashhad, le centième jour de la révolte a été l’occasion de nouvelles manifestations à travers l’Iran et dans plusieurs villes européennes. A Zahedan, capitale provinciale du Sistan-Baloutchistan, les manifestants n’ont pas attendu cette date symbolique: ils ont déferlé un jour plus tôt après la grande prière, comme tous les vendredis depuis trois mois. Dans son sermon, le mawlana Abdol-Hamid, chef religieux adulé à travers toute la province, a exhorté le gouvernement à «ramener les soldats dans leurs casernes, et les laisser défendre la patrie plutôt que de s’attaquer à leur propre peuple». Le religieux a également critiqué le recours du régime à des exécutions et des condamnations à mort qui selon lui, ne respectent pas le cadre légal de la sharia.