Les empreintes digitales de l'auteur présumé de l'attentat au camion-bélier de Berlin, un Tunisien en fuite, ont été retrouvées dans la cabine du poids lourd, a annoncé jeudi le ministre allemand de l'Intérieur.

«Des empreintes digitales ont été retrouvées dans la cabine», a déclaré Thomas de Maizière, affirmant que des indices prouvaient que le principal suspect, Ani Amri, était «selon toute probabilité vraiment l'auteur» de cet attentat qui a fait 12 morts lundi soir.

La police antiterroriste allemande a également procédé jeudi matin à quatre interpellations à Dortmund, dans l’ouest du pays, probablement en lien avec la recherche du suspect de l’attentat de Berlin, rapportent les chaînes de télévision WDR et N-TV.

Des contacts avec le suspect

Deux appartements ainsi qu’un centre de requérants d’asile ont été perquisitionnés et la police a procédé à «quatre interpellations», indique WDR sur son site Internet. La chaîne d’information en continu N-TV indique que les quatre personnes sont des proches du suspect tunisien recherché par toutes les polices du pays, qui ont été contact avec lui en début d’année.

Ce suspect tunisien de 24 ans, un demandeur d’asile débouté, est soupçonné d’être l’auteur de l’attentat au camion-bélier qui a fait 12 morts et 48 blessés lundi soir sur un marché de Noël berlinois.

Lire aussi: Attentat de Berlin: la tête d’un suspect tunisien mise à prix

Une chasse à l’homme européenne

Une chasse à l’homme à l’échelle européenne est en cours contre Anis Amri, un demandeur d’asile débouté de 24 ans, depuis que la justice allemande a lancé un mandat d’arrêt sur tout le continent, plus de deux jours après l’attentat de Berlin, revendiqué par le groupe Etat islamique.

Dortmund est située dans l’Etat régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, région de l’ouest de l’Allemagne où a vécu quelque temps le jeune homme, et qui est connue pour abriter un nombre important de militants salafistes. Le parquet antiterroriste allemand n’était pas joignable dans l’immédiat.

A ce sujet: Le terrorisme menace l’avenir politique d’Angela Merkel