Un attentat-suicide à la voiture piégée contre un bâtiment gouvernemental où se trouvait l'ambassadeur américain, qui n'a pas été atteint, a fait au moins 10 morts et 50 blessés jeudi après-midi dans le sud de l'Afghanistan. L'attaque, nouvel épisode de la vague d'attentats kamikazes qui frappe le pays depuis quelques mois, a eu lieu à Tirin Kot, capitale de la province montagneuse et isolée d'Oruzgan (sud), l'un des foyers de la rébellion des militants de l'ancien régime des talibans, qui ont revendiqué l'attaque.

Ambassadeur visé?

Il s'agit de l'attentat-suicide le plus sanglant depuis celui perpétré le 28 septembre dernier contre un centre d'entraînement de l'armée à Kaboul, qui avait fait au moins 9 morts et 36 blessés. Au total, et en comptant celui de jeudi, une douzaine d'attentats-suicides ont tué près de 30 personnes, dont un soldat allemand de la force de l'OTAN ces trois derniers mois dans le pays.

L'attaque a été revendiquée auprès de l'AFP par un porte-parole des talibans, Yousuf Ahmadi. Celui-ci a affirmé que «près de 20 personnes» avaient été tuées, et a confirmé que le quartier général du gouverneur était visé. Le porte-parole n'a pas précisé si l'attentat visait également l'ambassadeur américain en Afghanistan, Ronald Neumann, qui se trouvait dans le bâtiment au moment de l'explosion.