C'est le plus grave attentat commis à Paris depuis onze ans. Jeudi, à l'heure du déjeuner, un colis piégé a explosé dans un immeuble du boulevard Malesherbes, artère huppée et d'ordinaire extrêmement calme de la capitale française. Une secrétaire d'un cabinet d'avocats a été tuée et un avocat sérieusement blessé par la déflagration. Or, à la même adresse se trouve le cabinet Arnaud Claude, fondé par Nicolas Sarkozy et deux associés en 1987, dont le président est toujours actionnaire.

Cette coïncidence a créé un choc dans les rédactions parisiennes, brièvement persuadées d'avoir affaire au premier attentat meurtrier dirigé contre le nouveau chef de l'Etat. Mais les autorités ont rapidement écarté cette piste. «Ce n'est pas le cabinet de Nicolas Sarkozy qui était visé», a affirmé le Parquet de Paris. «Il n'y a aucun rapport», a ajouté le procureur de la République Jean-Claude Marin en évoquant les trois étages qui séparent l'étude Sarkozy-Claude du lieu de l'explosion. Les mobiles de cette dernière sont «pour l'instant totalement inconnus», a-t-il conclu.

La Fondation pour la mémoire de la Shoah se trouve au même étage que le cabinet touché, mais elle n'était pas visée et n'a reçu aucune menace, selon l'historien Serge Klarsfeld, spécialisé dans la traque des criminels nazis.

Litige purement privé?

La piste d'un attentat lié au nationalisme corse, qui a un instant circulé, semble également écartée. L'étude prise pour cible n'abrite aucun avocat impliqué dans le procès d'Yvan Colonna, accusé de l'assassinat du préfet Erignac et actuellement jugé à Paris. Le mystère est donc complet. D'autant que l'avocate à qui était adressé le colis, comme son confrère blessé, s'occupaient de causes apparemment banales: affaires civiles, divorces, immobilier et copropriétés.

La possibilité que l'attentat soit lié à un litige purement privé est donc prise au sérieux. Le métier d'avocat parisien semble d'ailleurs de plus en plus risqué: en juin, Karim Achoui, pénaliste spécialisé dans la défense de figures du banditisme, avait été canardé en plein Quartier latin par un inconnu coiffé d'un casque de moto.