Un Espagnol de 16 ans accusé d'avoir remis des explosifs aux terroristes ayant commis les attentats du 11 mars à Madrid a été condamné mardi à six ans de détention. Il a reconnu les faits. La représentante de l'accusation publique, Blanca Rodriguez, avait annoncé au début de l'audience publique qu'elle demanderait une peine de six ans de détention dans un centre surveillé pour mineurs, suivis de cinq ans de liberté surveillée. Elle avait ainsi réduit de deux ans ses réquisitions originelles.

L'adolescent a reconnu avoir transporté et remis aux terroristes une partie des explosifs utilisés lors de ces attentats revendiqués par Al-Qaida, les plus meurtriers jamais perpétrés en Espagne. Il aurait reçu 1000 euros pour ce service. Conformément à la loi espagnole, le juge a prononcé la condamnation dans la foulée, mettant fin au procès.

Dans ses réquisitions écrites rendues publiques avant le procès, le procureur avait réclamé huit ans de détention contre «El Gitanillo» (le petit gitan). Sa représentante à l'audience a expliqué qu'elle ne réclamait plus qu'une peine de six ans, car, dans l'hypothèse où il serait condamné à huit ans, «il devrait être transféré dans un centre pénitentiaire pour adultes pendant sa détention. Nous ne pensons pas que cela serait propice» à la réinsertion du mineur, a-t-elle ajouté.

«El Gitanillo» comparaissait masqué par un paravent dans une salle de l'Audience nationale, la plus haute juridiction pénale espagnole. Les journalistes étaient admis dans la salle mais avec interdiction de publier le nom ou toute image du mineur.

Confrontation

«El Gitanillo» sera confronté mercredi aux cinq autres Espagnols mis en cause dans les attentats du 11 mars. Ces hommes sont soupçonnés d'avoir facilité la remise des explosifs aux commandos ayant posé les bombes, composés en majorité de Marocains et d'Algériens. Au total, dix-huit autres suspects sont détenus et en attente d'une éventuelle inculpation dans cette enquête. Sept autres membres présumés des commandos des «trains de la mort» se sont suicidés le 2 avril à Léganès, près de Madrid, alors que leur appartement était cerné par la police.

Les attentats islamistes de Madrid ont fait 191 morts et 1900 blessés le 11 mars dernier. Ces attentats, revendiqués par Al-Qaida, sont les plus meurtriers jamais perpétrés en Espagne.