«À ce jour, aucun poison n'a été identifié dans le sang et l'urine, il n'y a pas de traces d'une telle présence», a déclaré Anatoli Kalinitchenko, le vice-directeur de l'hôpital des urgences n°1 d'Omsk où l'opposant a été admis.

«Nous ne croyons pas qu'il ait souffert d'un empoisonnement», a-t-il poursuivi, tout en ajoutant qu'il ne pouvait énoncer le diagnostic de Alexeï Navalny en raison de la loi mais qu'il avait été signifié à sa famille.

Atterrissage d'urgence à Omsk  

Selon lui, l'état d'Alexeï Navalny est «instable», ce qui ne permet pas son transfert à l'étranger, malgré l'arrivée à Omsk d'un avion médicalisé, affrété par une ONG qui espère ramener l'opposant en Allemagne.

Alexeï Navalny, l'un des critiques les plus féroces du Kremlin, se rendait de Tomsk à Moscou en avion quand il a fait un malaise. L'appareil a dû faire un atterrissage d'urgence à Omsk.

Lire aussi:  L’opposant russe Alexeï Navalny entre la vie et la mort

L'opposant y a été admis à l'hôpital, plongé dans un coma naturel, placé en réanimation et relié à un respirateur artificiel. Ses alliés ont dit être persuadés qu'il a été victime d'un «empoisonnement intentionnel», «avec quelque chose de mélangé à son thé».