Les Birmans sont descendus dans la rue en masse mercredi lors d’un cinquième jour de contestation afin de s’opposer au coup d’Etat orchestré par l’armée le 1er février. Perchés sur des motos ou postés le long des principales artères de Yangon, la plus grande ville du pays, ils agitaient des drapeaux rouges – la couleur du NLD, le parti au pouvoir renversé par la junte militaire – et chantaient des slogans pour réclamer la libération d'Aung San Suu Kyi, la dirigeante officieuse du pays maintenue en détention depuis dix jours, selon les livestreams postés par les manifestants sur Facebook.