Dans un centre de détention de Kiev, un étage entier a été réservé aux prisonniers de guerre russes. Il y a 16 cellules, chacune contenant entre deux et quatre détenus. Le jour de notre visite, 17 Russes capturés attendent de connaître leur sort – le nombre des personnes enfermées là change constamment en raison des échanges de prisonniers entre l’Ukraine et la Russie. Des tractations rendues plus longues par la masse des détenus de part et d’autre, le New York Times estimant par exemple qu’au moins 7200 Ukrainiens sont aux mains des Russes et de leurs alliés. La libération de 144 soldats de Kiev le 29 juin dont 95 qui avaient défendu l’aciérie Azovstal à Marioupol reste ainsi exceptionnelle.