Australie

En Australie, un Etat légalise l’euthanasie

Le Victoria est le premier Etat du pays à légiférer sur le suicide assisté. Dès juin 2019, les patients en phase terminale pourront prendre la décision de mettre fin à leurs jours, après avoir obtenu l’aval de médecins

Le Victoria est devenu mercredi le premier Etat australien à légaliser l’euthanasie ou mort assistée, ce qui permettra aux patients en phase terminale de mettre fin à leurs jours à partir de juin 2019. La loi controversée a été adoptée après une centaine d’heures de débats et le Victoria devient ainsi le seul endroit où l’euthanasie sera autorisée en Australie.

Le premier ministre de l’Etat, Daniel Andrews, partisan du projet de loi depuis la mort de son père l’année dernière, a déclaré qu’il était fier d’aider ceux qui souffrent. «Le Victoria est le premier Etat de l’Australie à adopter des lois sur la mort volontaire assistée, donnant aux Victoriens atteints d’une maladie terminale la compassion et la dignité qu’ils méritent à la fin de leur vie», a-t-il dit.

Lire aussi: «Le discernement reste notre limite»

Le régime ne sera accessible qu’aux patients en phase terminale âgés de plus de 18 ans vivant dans l’Etat de Victoria et ayant moins de six mois à vivre, ce qui représente une baisse par rapport aux 12 mois initialement proposés.

Les postulants doivent être jugés par plusieurs médecins comme souffrant de douleurs intolérables et être sains d’esprit. S’ils en sont capables, les patients s’administreront eux-mêmes la substance mortelle, mais s’ils ne le sont pas, un médecin les aidera.

Le suicide assisté, globalement illégal

Le procureur général de l’Etat de Victoria, Martin Pakula, a déclaré qu’un débat vigoureux sur la question avait permis de garantir l’existence de garanties suffisantes. «Nous avons veillé à ce que nous ayons une loi bienveillante tout en continuant d’offrir aux Victoriens les mesures de protection dont ils ont besoin», a-t-il déclaré.

Le suicide assisté est illégal dans la plupart des pays du monde et était jusqu’à présent interdit en Australie, bien qu’il ait été légal pendant un certain temps dans le Territoire du Nord avant que la loi ne soit cassée dans les années 1990.

Lire aussi: L’essor du «tourisme de la mort» inquiète les autorités tessinoises

Lorsqu’il était légal, Philip Nitschke, éminent militant australien du droit de mourir, est devenu le premier médecin du monde à administrer une injection létale, légale et volontaire pour mettre fin à une vie.

Publicité