Trois noms, au milieu d'une liste largement composée de vétérans de l'ancien gouvernement d'Edouard Philippe. En décidant de nommer, à trois postes-clés, l'ancien ministre du budget Gérald Darmanin (qui devient ministre de l'Intérieur), l'avocat très médiatique Eric Dupond Moretti (Justice) et l'ex-ministre de la santé devenue chroniqueuse télévisuelle Roselyne Bachelot (Culture), Emmanuel Macron et son premier ministre Jean Castex ont clairement défini le périmètre privilégié d'action de cette nouvelle équipe ministérielle.

Place à l'autorité et à la proximité. Oubliée, surtout, l'importance accordée aux «experts» dans les équipes précédentes. C'est sur la politique à l'ancienne que mise le président français pour parvenir jusqu'à l'échéance électorale de 2022: du savoir-faire médiatique, de l'énergie individuelle et une forme de distance avec «l'Etat profond» dont le nouveau chef du gouvernement, technocrate pur jus, est pourtant le représentant.