L’essentiel

L’Autriche va prolonger son troisième confinement, qui comprend la fermeture des commerces et des écoles fonctionnant en petits groupes, au moins jusqu’au 8 février, au lieu du 25 janvier comme prévu.

Ce week-end, le Conseil fédéral a haussé le ton face aux cantons, jugés pas assez rapides dans la mise en œuvre des vaccinations. Les plus lents pourraient être sanctionnés.

Retrouvez  le suivi de dimanche


■ L'embarras du choix face aux masques

Difficile de s’y retrouver dans le maquis des masques. Pour tenter de résumer: la bonne vieille écharpe constitue le premier degré de protection. Le masque en tissu n’est guère mieux jugé et n’est pas recommandé pour les personnels soignants. Suit le masque chirurgical, de loin le plus répandu.

Les masques dits FFP (Filtering Face Piece) sont aussi jetables. Ils se caractérisent par la présence d’un principe filtrant. La numérotation, de 1 à 3, illustre le degré croissant de protection.

Lire la page dédiée de la Suva et ce mémo des clinqiues Hirslanden


■ Faut-il jeter certains masques?

Ce sera l’un des débats de la semaine. Ce lundi, plusieurs décisions ou indications pointent certains masques, jugés pas assez protecteurs.

Depuis ce jour, la Bavière impose les masques FFP2 dans les transports publics et les commerces. Or, ils sont plus chers que les simples masques chirurgicaux, ce qui ne va pas sans débat (lire plus bas).

L’Autriche compte poser la même exigence à partir de lundi prochain, le 25.

En Belgique, un média spécialisé du domaine de la santé affirme que le Collège de médecine générale préconise le port des masques FFP3 – les plus protecteurs de cette catégorie – par les personnels soignants.

Cette question des masques et leur degré de protection monte dans le débat en lien avec les apparitions de variants du SARS-CoV 2, en particulier la souche signalée en Grande-Bretagne, réputée plus contagieuse. Les spécialistes constatent que dans ce pays, le nombre de soignants atteints par la maladie explose. Il faut donc les protéger davantage.

En France, La Voix du nord (article payant) révèle que le Haut conseil de santé publique devrait prochainement préconiser l’abandon du masque en tissu, jugé peu efficace.


■ La Grande-Bretagne abaisse le seuil d'âge de vaccination

Aux Royaume-Uni, depuis le début de la campagne le 8 décembre, plus de 3,8 millions de personnes ont reçu une première dose de vaccin. Jusqu'alors dirigée vers les plus de 80 ans, les résidents des maisons de retraite et leurs soignants, ainsi que les personnels de santé en première ligne, la vaccination s'élargit dès lundi.

Si la vaccination des premiers groupes «reste la priorité» selon le ministère de la Santé, les centres de vaccination disposent de l'approvisionnement et de la capacité nécessaires pour commencer à vacciner «les plus de 70 ans et les personnes extrêmement vulnérables», a annoncé le ministère dans un communiqué.

Le gouvernement s'est fixé comme objectif de vacciner les quatre groupes prioritaires, soit 15 millions de personnes, d'ici à la mi-février.


■ Démarrage avec des ratés pour le téléservice militaire

L'école de recrue qui a démarré lundi pour 12 000 jeunes Suisses a connu un faux départ pour ceux qui sont censés commencer leur instruction à la maison. Beaucoup n'ont pas pu se connecter au système en raison d'un problème technique, raconte l'agence ATS.

Un dérangement est survenu dans le système d’e-learning, a indiqué Stefan Hofer, porte-parole à l'armée. Celle-ci s'active pour remédier au problème. La durée de cette panne n'est pas connue.

L'école de recrue a démarré pour 12 000 jeunes. Covid oblige, 7200 devaient se présenter à la caserne, tandis que 4800 autres ont pu rester à la maison. Ce deuxième groupe entrera en service le 8 février mais il doit en attendant suivre un programme à distance. Ce début échelonné permet de réduire les risques d’infection au Covid-19 au sein de la troupe.


■ Swisscovid, ça marche, assurent des chercheurs

Des experts de l'Université de Zurich l'assurent: l'application de traçage si décriée a des effets positifs dans la lutte contre l'épidémie. L'agence ATS résume leurs conclusions, communiquées vendredi.

Elle permet notamment de raccourcir d'un jour – ça compte – le délai de mise en quarantaine. Il faut relever qu'elle entre pour 5% seulement des mises en quarantaine dans le canton de Zurich, et qu'un tiers des personnes ne se signalent pas après infection.

Lire la dépêche à ce sujet

Pour se rafraichir la mémoire: notre test de l'app


■ Baisse du nombre de nouveaux cas par trois jours

La Suisse compte ce lundi 4703 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). 121 décès supplémentaires sont à déplorer et 203 malades ont été hospitalisés.

Lundi passé, ce total du week-end s'élevait à 6523, et le lundi 4 janvier, à 9665 (voir les chiffres en bas de cet article).

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 48 004 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 9,80%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 36 855. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 426,33 nouvelles infections pour 100 000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,81.


■ Neuchâtel double son aide pour les cas de rigueur

Arguant du changement de cadre amorcé par le Conseil fédéral, le gouvernement neuchâtelois annonce qu'il augmente son appui aux secteurs économiques touchés par les fermetures. . L'enveloppe des cas de rigueur passe de de 22,2 à 55,5 millions de francs. «Le périmètre des bénéficiaires est élargi et le processus d’octroi est simplifié», écrit le Conseil d'Etat.


■ Le point sur les dernières évolutions de la pandémie dans le monde

Plus de 40 millions de doses de vaccins ont été administrées dans au moins 60 pays ou territoires du monde, dans une course à l’immunisation aujourd’hui menée par Israël, qui a déjà vacciné 24,5% de sa population, selon un décompte de l’AFP.

En volumes, ce sont les Etats-Unis qui sont en tête, avec 12,28 millions de doses administrées à 10,60 millions de personnes (3,2% de la population), devant la Chine (plus de 10 millions de doses).

Lire: Des premiers chiffres sur l’avancée de la vaccination dans les cantons romands

En Europe, le Royaume-Uni a administré 4,31 millions de doses à 3,86 millions de personnes (5,7%). En France la vaccination a été élargie lundi à toutes les personnes âgées de plus de 75 ans, alors que le virus a déjà provoqué la mort de plus de 70 000 personnes.

La Chine a confiné lundi environ trois millions d’habitants supplémentaires dans le nord-est du pays, après de nouveaux cas liés à un représentant de commerce ayant été en contact avec des personnes âgées.

Le pays a par ailleurs enregistré en 2020 un PIB positif (+2,3%) bien qu’au plus bas depuis plus de 40 ans, alors que la plupart des grandes économies restent en récession.


■ La Bavière et l’Autriche ouvrent le front des masques FFP2

Les autorités allemandes discuteront demain mardi de la généralisation ou non du port du masque FFP2 dans les transports publics. La Bavière l’exige, ainsi que dans les commerces.

En Autriche, le gouvernement a annoncé dimanche, en plus du prolongement du troisième confinement jusqu’au 7 février, que le port d’un masque FFP2 sera obligatoire à compter du 25 janvier dans les transports en commun et dans les commerces – a cette heure, seuls sont ouverts les commerces dits essentiels.

Dans les deux cas, la question du coût monte vite, car ces masques sont plus chers que les modèles de base.

Le gouvernement autrichien assure que les FFP2 seront vendus au prix coûtant dans les supermarchés, et offerts aux ménages les plus précaires.

En Bavière, le gouvernement régional prévoit d’en fournir gratuitement aux bénéficiaires des minimaux sociaux. Les employeurs doivent payer pour leurs salariés.


■ Deux hôtels de St-Moritz en quarantaine

Les autorités sanitaires du canton des Grisons placent dès mardi deux hôtels de St-Moritz en quarantaine. Elles précisent qu’un variant du coronavirus s’y est largement propagé.

Dans les deux hôtels, les autorités grisonnes ont ordonné des tests, indique ce lundi la chancellerie cantonale des Grisons dans un communiqué. Selon le Blick, il s’agirait des hôtels Badrutt’s et Kempinski, deux des principaux palaces de la station.

Par ailleurs, les écoles et écoles de ski de St-Moritz resteront fermées jusqu’à nouvel ordre. Le port du masque est désormais obligatoire sur tout le territoire de la commune. Le service cantonal de la santé recommande vivement aux résidents et aux touristes de s’abstenir de tout contact non essentiel avec d’autres personnes. Les règles en matière d’hygiène et de distance doivent être respectées.

La présence du virus muté a été détectée dimanche soir à St-Moritz. Les autorités font état d’une douzaine de cas. Des tests à grande échelle pour la population de la station seront effectués mardi.


■ La Bavière impose les masques FFP2

Ce lundi, les masques FFP2 deviennent obligatoires dans les transports en commun et commerces de Bavière.


■ La pandémie pèse sur l’emploi

La pandémie de coronavirus a continué à peser sur le marché de l’emploi suisse au quatrième trimestre 2020. Le nombre d’offres d’emploi a reculé de 15% en un an, selon Adecco Suisse, que relaie l’agence ATS.

Les disparités régionales sont importantes. C’est dans l’agglomération de Zurich, où se trouve la majeure partie du marché de l’emploi en Suisse, que les offres ont le plus fortement diminué (-23%) en fin d’année.

La région lémanique (-13%), l'Espace Mittelland (-14%) et la Suisse orientale (-11%) se situaient dans la moyenne. La Suisse du Nord-Ouest (-9%) et la Suisse centrale (-7%) ont le mieux résisté.


■ La France lance sa vaccination dite «grand public»

En France, la vaccination contre le Covid-19 s’élargit lundi à toutes les personnes âgées de plus de 75 ans.

Réservée jusque-là à certains publics prioritaires dont les résidents d’Ehpad ou les soignants, la vaccination est désormais accessible aux plus de 75 ans ne vivant pas en maison de retraite (5 millions de personnes). S’y ajoutent près de 800 000 personnes présentant des pathologies à «haut risque» (insuffisances rénales chroniques, cancer sous traitement…).

Au total, 6,4 millions de personnes sont ainsi appelées à se faire vacciner. Mais le ministre de la Santé Olivier Véran a invité à la «patience», alors que les doses du sérum n’arrivent que progressivement.


■ Malgré l’épidémie, la Chine a été en croissance l’année passée

La Chine annonce ce lundi une croissance économique en hausse de 2,3% en 2020. Il s’agit de son rythme le plus faible depuis 44 ans pour cause de pandémie, malgré une reprise de l’activité en fin d’année.

La hausse a toutefois été en net repli par rapport à 2019, quand la croissance chinoise pointait à 6,1%, déjà à son niveau le plus bas en près de trois décennies.


■ L’Australie ne rouvrira probablement pas ses frontières en 2021

L’Australie ne devrait pas rouvrir ses frontières aux voyageurs étrangers en 2021, a estimé un haut responsable australien de la Santé. Les campagnes de vaccination qui vont progresser dans le monde entier ne devraient rien y changer.

Secrétaire au département de la Santé, Brendan Murphy est un des principaux conseillers du gouvernement. Il a jugé qu’il ne fallait pas espérer en 2021 le retour d’une circulation fluide aux frontières.

«Je pense que nous aurons encore pendant la majeure partie de l’année d’importantes restrictions aux frontières», a-t-il dit à la chaîne ABC. «Même si une grande partie de la population est vaccinée, nous ne savons pas si cela empêchera la transmission du virus. Et il est probable que les mesures de quarantaine demeureront encore quelque temps.»