L'essentiel

Thierry Breton, Commissaire européen chargé de la vaccination, déclare que l'accélération de la vaccination permettra d'atteindre l'immunité collective mi-juillet. Les autotests gratuits seront délivés en pharmacie, mais seulement à partir du 7 avril. Le président des directeurs cantonaux de la santé, Lukas Engelberger soutient l'organisation d'événements plus importants dans le cadre de projets pilotes dès avril. A Paris, 40 directeurs d'hôpitaux avertissent qu'ils devront trier les patients tant ils sont submergés. Les autotests ne seront délivrés qu'en pharmacie. L'EPFL et l'Administration ont observé plusieurs faiblesses dans la gestion de la pandémie. 

Retrouvez notre suivi de la journée de samedi 


■ Vaccins: le Commissaire européen voit «la lumière au bout du tunnel»

L'accélération des livraisons de vaccins permet à l'Europe de voir «la lumière au bout du tunnel», en dépit de la troisième vague de Covid-19 qui déferle sur l'Europe, a affirmé dimanche le commissaire européen Thierry Breton. «Nous avons maintenant 52 usines qui travaillent 24 heures sur 24, sept jours sur sept en Europe pour produire» des vaccins contre le Covid-19, a souligné le commissaire européen au Marché intérieur, chargé de suivre la fabrication de vaccins, auprès du Grand jury RTL-Le Figaro-LCI.

«On a la capacité de produire et de livrer pour nos concitoyens européens les 360 millions de doses prévues à la fin du deuxième trimestre et les 420 millions qui sont nécessaires (...) pour commencer à parler de cette immunité collective et l'atteindre» mi-juillet, a ajouté Thierry Breton.

■ Une indemnité pour compenser les congés refusés

Les personnels des hôpitaux publics qui se verront refuser des congés en raison de la crise sanitaire pourront bénéficier d'une indemnité de 110 à 200 euros brut par jour non pris, comme l'an dernier, selon deux textes publiés dimanche au Journal officiel.

Ce dispositif, qui entre en vigueur alors que la 3e vague de l'épidémie de Covid-19 submerge les hôpitaux, concerne des fonctionnaires ou contractuels «qui disposent d'un solde de congés annuels» ou de RTT non pris car refusés pour raisons de service "entre le 1er février et la fin de l'état d'urgence sanitaire", indique un décret.

Selon l'AFP, la mesure s'applique aux établissements de santé, de même qu'à ceux hébergeant des personnes âgées ou prenant en charge des personnes handicapées, relevant de la fonction publique hospitalière.

■ 41 directeurs médicaux parisiens disent qu'ils devront faire un tri des patients

Une quarantaine de directeurs médicaux de crise de l'AP-HP, au premier rang desquels figure le Pr Bruno Riou, directeur médical de crise de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, disent se préparer à devoir «faire un tri des patients», dans une tribune publiée par le Journal du dimanche

«Nous ne pouvons rester silencieux sans trahir le serment d'Hippocrate que nous avons fait un jour», écrivent avec gravité ces médecins qui gèrent l'urgence dans les Hôpitaux de Paris. «Dans les quinze prochains jours», estiment-ils, «nous avons une quasi-certitude sur le nombre de lits de soins critiques qui seront nécessaires, et nous savons d'ores et déjà que nos capacités de prise en charge seront dépassées au terme de cette période».

"Dans cette situation de médecine de catastrophe où il y aura une discordance flagrante entre les besoins et les ressources disponibles, nous serons contraints de faire un tri des patients afin de sauver le plus de vies possible", ajoutent les 41 signataires. Face à une situation épidémique "critique" les autorités ont intensifié les contrôles pour faire respecter l'interdiction de se déplacer, tandis que les appels se multiplient, selon l'AFP, pour des restrictions beaucoup plus strictes et un élargissement de la campagne de vaccination. 

■ Lukas Engelberger soutient des projets pilotes pour les grands événements   

Malgré la hausse des cas de Covid-19, le président des directeurs cantonaux de la santé soutient l'organisation d'événements plus importants en Suisse dans le cadre de projets pilotes. Leur accès serait réservé aux personnes vaccinées ou dont le test est négatif.

De tels projets pilotes devraient être possibles à partir de la fin avril, car tous les groupes à risque devraient avoir été vaccinés d'ici là, déclare Lukas Engelberger dans un entretien diffusé par la SonntagsZeitung. Il souligne en outre que la campagne de tests porte ses fruits et les tests à faire soi-même pourront alors être utilisés.

La perspective d'être à nouveau autorisé à assister à une pièce de théâtre ou à aller au cinéma pourrait encourager les Suisses à se faire tester, selon lui. Les milieux culturels bâlois planchent sur de telles solutions, ajoute-t-il. Il préconise que les cantons et les communes proposent davantage de lieux de tests.

■ Cinq autotests gratuits délivrés en pharmacie 

Les tests de dépistage du Covid-19 à faire soi-même ne seront disponibles dans un premier temps que dans les pharmacies, rapporte la NZZ am Sonntag. L'information est confirmée à l'ATS par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). La stratégie de dépistage contre le coronavirus du Conseil fédéral prévoit qu'à partir du 7 avril, chaque personne pourra obtenir gratuitement cinq autotests par mois. L'OFSP ne peut pour l'instant pas dire si et quand la vente des autotests sera autorisée dans le commerce de détail.

Les tests ne peuvent être obtenus gratuitement qu'avec la carte d'assurance-maladie. Cela n'est possible que dans les pharmacies et les centres de tests, indique dans le journal une porte-parole de l'Office fédéral de la santé publique. La décision quant à une vente de ces tests par les détaillants n'a pas encore été tranchée.

■ L'EPFL et l'Administration identifient les faiblesses de la gestion de la crise 

L'administration fédérale et l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFL) ont identifié dans plusieurs études de grandes faiblesses dans la gestion de la crise liée au nouveau coronavirus. Parmi elles figurent les signaux d'alerte ignorés, l'absence de mandats prévus pour les organes de crise et le fait que la task force mise en place par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) n'avait aucune capacité d'action stratégique prévisionnelle. Les avertissements de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'ont en outre pas été pris en compte. Cette dernière avait demandé à la Suisse il y a quatre ans de rationaliser l'organisation de crise et de réduire le nombre d'organisations impliquées. Autre faiblesse également pointée du doigt, l'absence d'un portail informatique permettant aux gestionnaires de crise aux niveaux fédéral et cantonal d'évaluer la situation. 

■ Le Chili vaccine beaucoup mais se reconfine 

Au Chili, un pays de 19 millions d'habitants, une campagne particulièrement efficace a déjà permis à six millions de personnes de recevoir au moins une dose de vaccin et à plus de trois millions d'être vaccinées. Mais depuis samedi, plus de 80% de la population sont soumis à un nouveau confinement total, sans même la possibilité de sortir pour acheter des produits de base le week-end.

Alors que les autorités sanitaires espèrent que les premiers effets de la vaccination se feront sentir en avril, le gouvernement du conservateur Sebastián Piñera a appelé la population à consentir «un dernier effort» pour vaincre le coronavirus.

■ En France, aucun nouveau tour de vis n'est décidé

«Rien n'est décidé» quant à un nouveau tour de vis en France face à l'épidémie de Covid-19, a assuré le président français Emmanuel Macron dans le Journal du Dimanche. Il promet de rattraper «dans quelques semaines» les Britanniques en nombre de personnes vaccinées.

«Certains nous disaient: «En février, vous allez prendre le mur». On ne s'est pas pris le mur [...] On a pris des mesures proportionnées à la situation», a-t-il déclaré. 

Alors que la France aura «de plus en plus de doses», Emmanuel Macron mise sur «des méga-centres» de vaccination pour remplir les objectifs de l'exécutif: dix millions de Français vaccinés à la mi-avril, 20 millions à la mi-mai, 30 millions à la mi-juin. Il assure être en mesure de tenir son engagement de …proposer un vaccin à tous les adultes qui le souhaitent avant la fin de l'été».