Etats-Unis

Aux Etats-Unis, la chambre des représentants reconnaît le génocide arménien

Ce vote inédit a été accueilli par des applaudissements dans l'hémicycle, mais a immédiatement suscité la colère de la Turquie. Ankara condamne un «acte politique dénué de sens»

La chambre des représentants des Etats-Unis a reconnu formellement mardi à une immense majorité le génocide arménien. C'est la première fois qu'une telle résolution était soumise à un vote en séance plénière aux Etats-Unis. Le texte non contraignant a été adopté par 405 voix sur 435, avec une rare union entre démocrates et républicains, et 11 voix contre.

Il appelle à «commémorer le génocide arménien», à «rejeter les tentatives [...] d'associer le gouvernement américain à la négation du génocide arménien» et à éduquer sur ces faits. Cette proposition de loi doit encore être approuvée par le Sénat pour devenir effective, mais la chambre est contrôlée par les républicains.

Lire aussi: Fureur turque après la reconnaissance du génocide arménien par les députés allemands

Le génocide arménien est reconnu par une trentaine de pays et la communauté des historiens. En Suisse, le Conseil national l'a reconnu en 2003, tout comme le Conseil d'Etat de Genève et les Grands Conseils vaudois et genevois. Selon les estimations, entre 1,2 million et 1,5 million d'Arméniens ont été tués pendant la Première guerre mondiale par les troupes de l'empire ottoman, alors allié à Allemagne et à l'Autriche-Hongrie.

Ankara refuse l'utilisation du terme «génocide»

La Turquie a réagi immédiatement par la voie de son ministère des Affaires étrangères en «condamnant fortement» un «acte politique dénué de sens», ayant pour «seuls destinataires le lobby arménien et les groupes anti-turcs».

Ankara refuse l'utilisation du terme «génocide», évoquant des massacres réciproques sur fond de guerre civile et de famine ayant fait des centaines de milliers de morts dans les deux camps.

Lire aussi: Génocide arménien. «Le crime originel hante les institutions turques»

En avril 2017, peu après son arrivée à la Maison Blanche, le président américain Donald Trump avait qualifié le massacre des Arméniens en 1915 d'«une des pires atrocités de masse du XXe siècle», tout en se gardant d'employer le terme «génocide». Ankara avait alors exprimé sa colère, dénonçant la «désinformation» et les «mauvaises définitions» du président américain.

Publicité