Joe Biden a non seulement confirmé, en mars déjà, qu’il choisirait une femme, mais il veut «quelqu’un de solide, qui puisse et qui soit prêt à devenir président dès le premier jour». Son choix devrait être dévoilé début août. En attendant, son comité de sélection procède aux auditions dans le plus grand secret. Une douzaine de femmes auraient été contactées, et certaines ont déjà été entendues. Depuis la mort de l’Afro-Américain George Floyd sous le genou d’un policier blanc à Minneapolis, et l’onde de choc historique provoquée par le drame, les pressions pour qu’il choisisse une femme noire se font plus insistantes. La maire d’Atlanta, la plus jeune des papables citées, a émergé parmi les favorites. Mais selon le site de paris en ligne Predictit, ce sont Kamala Harris, Susan Rice, Tammy Duckworth et Val Demings qui arrivent dans le quatuor de tête.

Lire aussi: Covid-19, l’agent perturbateur de la présidentielle américaine

Voici celles dont on parle le plus. D’autres noms circulent. Comme Gretchen Whitmer, gouverneure du Michigan, et Tammy Baldwin, première sénatrice ouvertement homosexuelle. Ou encore Stacey Abrams, candidate malheureuse au poste de gouverneur de Géorgie en 2018. Amy Klobuchar, ex-candidate à la présidentielle aux racines suisses, est pour l’instant la seule à avoir officiellement confirmé qu’elle n’était pas intéressée par le poste.

Kamala Harris, 55 ans

Sénatrice depuis 2017, l’ex-candidate à la présidentielle a été procureure de San Francisco, puis procureure générale de Californie. Pour beaucoup, elle fait office de grande favorite. Née d’un père jamaïcain et d’une mère indienne, elle est coriace. Elle n’a pas hésité à attaquer violemment Joe Biden lors d’un débat, à propos de ses positions passées sur la ségrégation raciale. Les deux se sont réconciliés depuis. Sa personnalité crispante ne fait pas l’unanimité. Son passé de procureure pourrait constituer un obstacle, alors que le fonctionnement de la justice et de la police sont remis en cause par de récents drames.

Keisha Lance Bottoms, 50 ans

Maire d’Atlanta depuis janvier 2018, elle est devenue très populaire depuis son discours vibrant du 29 mai, après les émeutes qui ont embrasé sa ville à la suite de la mort de George Floyd. Femme de poigne, elle s’est aussi opposée au gouverneur de Géorgie, un républicain, en l’accusant d’avoir, en pleine pandémie, déconfiné trop vite. Fille du chanteur de soul Major Lance, elle a adopté quatre enfants. Avant d’être maire, elle a été juge intérimaire puis conseillère municipale. Elle est l’une des premières maires d’une grande ville à avoir affiché son soutien à Joe Biden. Son talon d’Achille: elle n’a pas d’expérience nationale.

Lire aussi: A Atlanta, la maire qui n’a pas une minute à perdre

Elizabeth Warren, 71 ans

Malgré les pressions pour choisir une colistière noire, la sénatrice du Massachusetts, ex-candidate à la présidentielle, reste une option solide. Ancienne professeure de droit à Harvard, épouvantail de Wall Street, elle est positionnée bien plus à gauche que son ex-rival. En mars, elle était la dernière femme à se retirer de la course à la Maison-Blanche, sans donner de consignes de votes. Très bonne dans les débats, elle est aussi la candidate la plus âgée de la liste. C’est son principal handicap, même si elle reste très énergique et combative.

Lire aussi: Elizabeth Warren, fière Pocahontas démocrate

Val Demings, 63 ans

Ancienne policière, puis cheffe de la police d’Orlando, elle siège à la Chambre des représentants depuis 2017. Elle s’est notamment fait remarquer lors du procès en destitution de Donald Trump, et pour avoir fustigé le «racisme institutionnel» dans le cadre de l’affaire George Floyd. Elle a déclaré à Axios qu’elle accepterait le poste si Joe Biden le lui proposait. Le choix ne serait pas anodin pour la dernière ligne droite de la campagne présidentielle: la Floride fait partie des «swing states» que les démocrates souhaitent reconquérir. La criminologue est issue d’une famille modeste.

Tammy Duckworth, 52 ans

Fille d’une immigrante thaïlandaise d’ascendance chinoise et d’un marine qui a combattu pendant la Deuxième Guerre mondiale et la guerre du Vietnam, elle a fait carrière à l’armée. En 2004, elle perd ses deux jambes en Irak, son hélicoptère ayant été visé par un tir de roquettes. Sénatrice de l’Illinois depuis 2017, elle a fait son entrée à la Chambre des représentants en 2012. De 2006 à 2009, elle a dirigé le Bureau des vétérans de l’Illinois. Barack Obama l’a ensuite engagée au Département des anciens combattants. En 2018, elle devient la première sénatrice à donner naissance pendant son mandat.

Lire aussi: Tammy Duckworth, la mère des batailles

Susan Rice, 55 ans

Ancienne conseillère à la sécurité nationale du président Barack Obama, elle a travaillé étroitement avec Joe Biden alors qu’il était vice-président. Elle est aussi la première femme noire à avoir occupé le poste d’ambassadeur aux Nations unies. Son nom circule avec plus d’instance ces derniers jours, même si certains la verraient davantage comme secrétaire d’Etat ou ministre de la Défense. Susan Rice l’a dit à The Atlantic: elle est prête à honorer toute demande de Joe Biden. Sur CBS, le candidat a insisté sur le besoin d’avoir quelqu’un de «simpatico». Susan Rice est celle de la liste qu’il connaît le mieux.