Des hommes en armes se sont rassemblés devant les grilles du cimetière militaire au centre de Kiev. Ils appartiennent au régiment Azov, celui dont Vladimir Poutine dit qu’il est formé de nazis. Celui aussi dont le même Vladimir Poutine prétend qu’il aurait lui-même bombardé le théâtre de Marioupol dans lequel des civils avaient trouvé refuge, pour discréditer les militaires russes. Azov a récemment perdu à Kiev deux de ses hommes, victimes d’un tir d’artillerie russe alors qu’ils accompagnaient en voiture un groupe de journalistes vers une position avancée. Les doubles funérailles ont eu lieu samedi, pour l’un le matin, pour l’autre l’après-midi.