«C’est un résultat très bon pour la zone euro. […] C’est la base pour un pacte budgétaire avec plus de discipline dans les politiques économiques des Etats membres.» Vendredi matin, le président de la Banque centrale européenne (BCE) réagissait aux annonces faites à l’issue du sommet de Bruxelles.

Mario Draghi a obtenu ce qu’il avait demandé ces dernières semaines. D’aucuns espèrent désormais qu’il soutiendra la zone euro en achetant des obligations d’Etat. Il a pourtant annoncé le contraire jeudi, préférant pour l’instant dégripper le marché interbancaire. Dans le communiqué final du sommet, les responsables européens «félicitent» la BCE pour être «disposée à intervenir comme agent du [fonds de secours] FESF dans le cadre de ses opérations de marchés». Jeudi, la BCE a assuré que cela n’affecterait pas son bilan.