La Banque mondiale avait dû suspendre, fin août, ses aides à Kaboul après le retour au pouvoir des talibans. L’institution de Washington a approuvé, mardi, une aide humanitaire de plus d’un milliard de dollars pour soutenir le peuple afghan, via la réaffectation de financements émanant du Fonds spécial pour la reconstruction de l’Afghanistan (ARTF).

Cette aide financière se fera «sous la forme de subventions» accordées à des agences des Nations unies et à des ONG internationales, a précisé l’institution de Washington dans un communiqué. Et elle «restera hors du contrôle de l’administration intérimaire des talibans».

Lire l’édito: Des talibans dans la ville

Elle fait suite à celle annoncée le 10 décembre d’un montant de 280 millions de dollars (251,78 millions d’euros). La Banque mondiale avait alors indiqué qu’il s’agissait d’une première étape.

Des fonds réaffectés depuis l’avènement des talibans

L’ARTF est un fonds d’affectation spéciale multi-donateurs qui coordonne l’aide internationale pour améliorer la vie de millions d’Afghans. La Banque mondiale administre l’ARTF au nom des partenaires donateurs.

Jusqu’à la prise de pouvoir des talibans, l’ARTF était la plus grande source de financement pour le développement de l’Afghanistan, finançant jusqu’à 30% du budget du gouvernement.

Faute de pouvoir verser de l’argent directement au régime des talibans qui n’est pas reconnu par la communauté internationale et face à la crise humanitaire et économique dans le pays, la Banque mondiale a décidé de réaffecter ces fonds vers des organismes comme l’Unicef.

Sur le sujet: Le premier ministre taliban demande aux ONG «de ne pas retenir leur aide»

La population afghane est, en effet, confrontée à des pénuries alimentaires et à une pauvreté croissante depuis la prise de pouvoir par les talibans mi-août. L’objectif de la nouvelle aide est de «protéger les Afghans vulnérables», et de contribuer «à préserver les services économiques et sociaux essentiels», a commenté la Banque mondiale.