Choquant? Barack Obama a accepté d’être payé 400 000 dollars pour donner, en septembre, une conférence organisée par une banque d’investissement, Cantor Fitzgerald. Aussitôt connue, la nouvelle a provoqué la polémique. La sénatrice démocrate Elizabeth Warren, la bête noire de Wall Street, fait partie de ceux qui ont clairement affiché leur déception. Sur les ondes de la radio Sirius XM, celle que certains voient déjà candidate à la présidentielle de 2020, a déclaré: «L’influence de l’argent en politique est comme un serpent ondulant à travers Washington.»

Lire aussi: Elizabeth Warren, fière Pocahontas démocrate

Réformes dures pour Wall Street

Barack Obama est-il en train de nuire à son image en acceptant une telle somme – l’équivalent du salaire annuel d’un président des Etats-Unis –, et en passant des vacances sur des yachts de luxe avec des milliardaires? Son entourage insiste sur l’importance du thème de la conférence: la santé. Barack Obama a permis de réduire le nombre d’Américains sans assurance maladie grâce à son emblématique Obamacare, que la Chambre des représentants a déjà décidé d’abroger. Son conseiller Eric Schultz ne cesse de préciser qu’il sera amené à accepter d’autres discours, mais qu’il restera «fidèle à ses valeurs, sa vision et son bilan».

Lire aussi: Obama reprend la parole et veut préparer la relève politique

La situation reste troublante: lors de sa première conférence publique depuis qu’il n’est plus président, le 24 avril à l’Université de Chicago, Barack Obama avait déploré l’influence de l’argent et des groupes d’intérêts en politique. Là encore, Eric Schultz a une réponse. Cité par le Financial Times, il rappelle qu’en 2008 Barack Obama était parvenu à récolter plus de fonds de Wall Street que n’importe quel candidat à la présidentielle américaine, et que cela ne «l’a pas empêché de passer les réformes les plus dures pour Wall Street depuis Franklin Roosevelt».

35 millions de dollars pour le couple Clinton

Barack Obama ne fait que perpétuer la tradition des anciens présidents ou ministres qui s’enrichissent après leur mandat. Bill Clinton, un grand habitué des conférences fortement rémunérées, avait par exemple été payé… 750 000 dollars pour un discours organisé par Ericsson à Hongkong. Autre exemple: Hillary Clinton, épinglée pendant sa campagne pour avoir été payée environ 225 000 dollars par Goldman Sachs, qui l’a sollicitée à trois reprises. Selon une enquête de l’Associated Press, les Clinton auraient à eux deux récolté plus de 35 millions de dollars en acceptant 164 discours pour des banques, assureurs et régies immobilières après avoir quitté la Maison-Blanche en 2001.

George W. Bush lui aussi monnayait des conférences pour des sommes allant de 100 000 à 200 000 dollars. Et, rappelle le New York Times, en 1989, Ronald Reagan avait gagné 2 millions de dollars pour une semaine de conférences au Japon.