Barack Obama et Marcus Rashford pour un échange d’éloges virtuels. L’affiche surprenante a de quoi faire rêver. L’ancien président américain et le jeune international anglais évoluant à Manchester United se sont entretenus jeudi sur Zoom. L’échange, modéré par la présentatrice et autrice anglaise June Sarpong, entièrement rediffusé, ce vendredi, sur la chaîne YouTube Penguin Books de la maison d’édition britannique éponyme, à l’origine de la rencontre entre les deux hommes.

La discussion est intervenue dans la foulée de la publication du premier livre du footballeur de 23 ans, You Are a Champion: How to Be the Best You Can, coécrit avec le journaliste Carl Anka, un plaidoyer pour inciter les jeunes générations à suivre leurs ambitions.

Une opération de communication réussie, donc, pour deux hommes dont on connaît néanmoins l’engagement. A ce titre, l’ancien président des Etats-Unis n’a pas manqué de rappeler tout son respect au jeune anglais, rappelant l’implication nécessaire et décisive des jeunes dans l’évolution de nos sociétés. Et qui de mieux que Marcus Rashford pour l’incarner? «Beaucoup de jeunes que je rencontre, y compris Marcus, sont en avance sur ce que j’étais quand j’avais 23 ans», a lancé Barack Obama. Des propos largement relatés par la presse anglaise ce vendredi matin. 

Lire aussi:  Marcus Rashford, l’action de l’année

Le numéro 10 de Manchester United a dirigé l’année dernière une campagne de premier plan pour lutter contre la pauvreté alimentaire des enfants au Royaume-Uni pendant la pandémie de coronavirus. Grâce à sa force de persuasion, le jeune homme avait fait reculer le gouvernement de Boris Johnson et l’avait contraint à prolonger durant l’été ce programme de repas gratuits mis en place pendant le confinement et la fermeture des écoles. Un dévouement salué par la couronne britannique qui l’avait fait membre de l’Ordre de l’Empire britannique (MBE).

Pour l’amour de la lecture

Les deux hommes ont également conversé sur leurs parcours respectifs. Des points communs, ils en ont plusieurs. Leur évidente condition d’hommes noirs mais aussi le fait d’avoir tout deux été éduqués par une mère célibataire.

Les deux figures ont également pu échanger sur leur passion pour la lecture. Elle fut libératrice pour l’un, émancipatrice pour l’autre. L’occasion pour Barack Obama de revenir sur ses mémoires rassemblées dans l’ouvrage Une Terre promise, paru en novembre dernier, et pour Marcus Rashford de redire qu’il aurait aimé developper plus tôt son appétit littéraire, freiné par les manques de moyens financiers, quand il était plus jeune.

Le sportif a lancé l’année passée un club de lecture à destination des enfants défavorisés. «C’est assez surréaliste, n’est-ce pas? Je suis assis dans ma cuisine à Manchester en train de parler au président Obama. Mais il m’a tout de suite mis à l’aise, s’est félicité Marcus Rashford. Je n’ai pas tardé à réaliser à quel point nos expériences d’enfants ont contribué à façonner les hommes que vous voyez aujourd’hui – adversité, obstacles et tout le reste. J’ai sincèrement apprécié chaque minute de ce discours. Lorsque le président Obama parle, tout ce que vous voulez faire, c’est écouter.»