Etats-Unis

Barack Obama prévoit l'envoi de 250 militaires supplémentaires en Syrie 

Ce lundi, le président des Etats-Unis devrait annoncer qu'il a autorisé le déploiement de jusqu'à 250 militaires supplémentaires en Syrie pour lutter contre l'EI

Lors d'un discours qu'il prononcera lundi à Hanovre, dans le nord de l'Allemagne, le président Barack Obama annoncera l'envoi de jusqu'à 250 militaires américains supplémentaires en Syrie. Cela porterait à près de 300 le nombre de soldats états-unien déployés en Syrie.

Dévoilée dimanche soir par un haut responsable américain, cette annonce intervient alors que le président américain est présent dans la ville allemande pour une visite de deux jours. Il s'est notamment entretenu dimanche avec la chancelière Angela Merkel.

Lire aussi: Berlin, partenaire incontournable de Washington

Un appel à rétablir le cessez-le-feu

Les militaires américains en Syrie ont pour mission de conseiller et d'assister des groupes rebelles syriens et des forces qui combattent l'organisation djihadiste Etat islamique (EI). L'EI contrôle de vastes territoires en Irak et en Syrie.

«Le président a autorisé une série de mesures pour renforcer le soutien à nos partenaires dans la région, notamment les forces de sécurité irakiennes ainsi que les forces locales syriennes qui luttent contre l'ISIL» (acronyme anglais de l'Etat islamique, ndlr), a indiqué le haut responsable.

Face au délitement actuel de la trêve en Syrie, Barack Obama a appelé dimanche à «rétablir» le cessez-le-feu et a indiqué s'être entretenu récemment à ce sujet avec son homologue russe Vladimir Poutine.

Lire aussi: Syrie: les négociations reprennent, la trêve vacille

«J'ai parlé avec le président Poutine au début de la semaine dernière pour tenter de garantir que nous pourrons rétablir le cessez-le-feu», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Hanovre. Barack Obama doit y être rejoint lundi par les principaux dirigeants européens pour un mini-sommet consacré notamment à la lutte contre l'EI.

Au moins 63 civils sont morts depuis vendredi à Alep, l'ancienne capitale économique de la Syrie, qui vit de nouveau au rythme des raids et des tirs d'obus après une période de calme relatif lié à la trêve initiée par les Etats-Unis et la Russie et entrée en vigueur le 27 février.

Plus de 270.000 morts depuis 2011

La pression sur le président Obama s'est accrue, les pays alliés européens voulant arrêter le flux de réfugiés venant du Moyen-Orient. Ses détracteurs lui reprochent de ne pas avoir assez oeuvré pour endiguer l'effusion de sang.

Le président américain a notamment rejeté l'idée de créer des zones de protection en Syrie pour les civils, alors que Angela Merkel évoque cette option depuis plusieurs semaines face à la persistance des bombardements. Barack Obama a jugé qu'une telle option n'était pas réalisable «sauf à vouloir prendre le contrôle d'une bonne partie de ce pays».

La Syrie est déchirée depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 270.000 morts et déplacé au moins la moitié de la population. A Genève, les discussions de paix indirectes entre les parties sous l'égide de l'ONU doivent théoriquement se poursuivre jusqu'à mercredi, mais aucun progrès n'est à attendre puisque le Haut comité des négociations (HCN), qui regroupe les principaux représentants de l'opposition et de la rébellion syriennes, a suspendu sa participation «formelle». 

Publicité