Carnet noir

Barbara Bush, mère et femme de présidents, est morte à 92 ans

La femme de l’ancien président américain George H. W. Bush était en soins palliatifs depuis dimanche. Nombre d’hommages lui ont été rendus, dont celui de Donald Trump qui a salué «sa dévotion pour son pays»

Barbara Bush, femme de l’ancien président américain George H. W. Bush et mère de l’ancien président George W. Bush, est décédée mardi à l’âge de 92 ans, selon un communiqué diffusé par le porte-parole de son mari, Jim McGrath, qui avait fait savoir dimanche qu’elle avait décidé d’arrêter son traitement médical.

«Après une récente série d’hospitalisations et après avoir consulté sa famille et ses médecins, Barbara Bush, maintenant âgée de 92 ans, a décidé de ne pas poursuivre son traitement médical et va se concentrer à la place sur des soins palliatifs», avait-il précisé, évoquant une santé «déclinante».

Lire aussi: Barbara Bush, mère et femme de présidents, est en soins palliatifs

Les détails concernant les funérailles seront indiqués ultérieurement, a-t-il précisé mardi, soulignant qu’elle laissait notamment derrière elle son mari depuis septante-trois ans, 5 enfants, 17 petits-enfants et 7 arrière-petits-enfants.

Le président américain Donald Trump a rapidement salué dans un communiqué transmis par la Maison-Blanche «sa solide dévotion pour son pays et sa famille, qu’elle a servis indéfectiblement bien». «En tant qu’épouse, mère, grand-mère, femme de militaire, et ancienne First Lady, Mme Bush a été une militante pour la famille américaine», a-t-il poursuivi, saluant «parmi ses plus grands accomplissements la reconnaissance de l’importance de l’alphabétisation comme une valeur familiale fondamentale nécessitant soins et protection».

Une mère pleurée

Barbara Pierce est née en juin 1925 dans l’Etat de New York. Elle a rencontré George H. W. Bush à 16 ans avant de l’épouser trois ans plus tard. Ensemble ils ont eu six enfants, dont George W. Bush qui a présidé les Etats-Unis entre 2001 et 2009, et Jeb Bush, gouverneur de Floride entre 1999 et 2007 et candidat malheureux aux primaires républicaines pour la Maison-Blanche en 2016. Sa fille Pauline est décédée en bas âge en 1953.

Son mari a dirigé le pays entre 1989 et 1993. Agé de 93 ans, il est atteint de la maladie de Parkinson qui le contraint depuis plusieurs années à se déplacer en fauteuil roulant. Il a été hospitalisé en janvier 2017 pendant une quinzaine de jours à cause d’une pneumonie.

Jeb Bush a rapidement posté sur Facebook un message évoquant sa «gratitude» et celle de sa famille face au «déferlement d’amour et de soutien pour ma maman ces derniers jours, et tout au long de sa vie remarquable».

«Ma chère mère est décédée à 92 ans, […], et je suis triste mais nos âmes sont en paix parce que nous savons que la sienne l’était», a confié dans un communiqué George W. Bush, évoquant une «première dame fabuleuse et une femme comme aucune autre» et s’estimant «chanceux» de l’avoir eue comme mère.

Des hommages présidentiels

L’ancien président Bill Clinton, qui a emménagé à la Maison-Blanche après George et Barbara Bush, a rendu hommage sur Twitter à «une femme remarquable» qui avait «courage et grâce, intelligence et beauté».

Jimmy Carter, président des Etats-Unis de 1977 à 1981, s’est dit «attristé» de la disparition de Barbara Bush, soulignant qu’elle avait «touché les cœurs de millions de personnes avec sa chaleur, sa générosité et sa vivacité d’esprit».

«Barbara Bush était le socle d’une famille dévouée au service public», ont relevé Barack et Michelle Obama dans un communiqué, saluant sa «générosité» et la façon dont elle a vécu: un «testament du fait que le service public est une vocation importante et noble».

Publicité