«La fin du conflit est proche [...]. Si un accord permanent est trouvé, il ne manque qu'un leader courageux pour le signer et pour le présenter à l'approbation populaire par voie de référendum. Croyez-moi, l'opinion approuvera tout accord valable.» Enfermé dans le quartier de haute sécurité de la prison d'Hasharon (grande banlieue de Tel-Aviv), le plus célèbre des détenus palestiniens, Marwan Barghouti, a pris une part active à la préparation du récent sommet d'Annapolis.

Dimanche, il a en tout cas reçu une délégation d'élus de la Knesset auxquels il a fait part d'un optimisme prudent. Certes, il a estimé que «libérer seulement 429 prisonniers est une plaisanterie», mais il a surtout affirmé que la paix est possible et que «nous sommes à portée de main d'une solution». Des propos importants puisque Marwan Barghouti est considéré par la presse israélienne ainsi que par les députés qu'il a reçus comme le seul leader palestinien à pouvoir faire respecter le calme dans les Territoires.