Reconduit mercredi pour cinq ans par 382 eurodéputés sur 736, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, n’au­ra guère de temps pour savourer son succès. D’autant que ses adversaires, emmenés par le leader des Verts, Daniel Cohn-Bendit, entendent «le marquer de près» pour vérifier s’il tient ses engagements, réaffirmés mardi à Strasbourg, en matière de droits sociaux, de fiscalité verte, de régulation financière et de relance communautaire.

Coup double

Sur le papier, la victoire du Portugais est indiscutable et symbolique. Ayant insisté pour être réélu avant le référendum irlandais du 2 octobre sur le Traité de Lisbonne, pour éviter tout risque de vide politique au sommet de l’UE, José Manuel Barroso a réussi un coup double: dépasser la majorité absolue de 369 voix requise par le Traité de Lisbonne toujours en suspens et obtenir un soutien plus large que celui de la seule droite, alliée au nouveau groupe eurosceptique créé par les conservateurs britanniques. Une quarantaine d’élus socialistes – surtout espagnols, portugais et britanniques – auraient voté pour lui lors de ce scrutin électronique, mais non nominatif.

Sa légitimité confortée lui donne en plus rendez-vous avec l’histoire. Seuls deux autres «grands» présidents de la Commission, l’Allemand Walter Hallstein (1958-1967) et le Français Jacques Delors (1985-1995) ont effectué deux mandats.

Mais le manque d’enthousiasme dans les travées strasbourgeoises, après l’annonce du résultat, montre que le doute subsiste sur le volontarisme futur de celui qui s’est à nouveau réclamé d’un seul parti, «celui de l’Europe». La sortie de crise pour l’UE, et surtout la composition de sa future Commission, d’ici à la fin de l’année, seront autant de tests. Au­tour d’une question: sera-t-il capable de tenir tête aux grands pays de l’UE et au retour en force des «égoïsmes nationaux» attisés par les difficultés économiques? Surtout après la réélection attendue en Allemagne d’Angela Merkel. Et face à la volonté du président français, Nicolas Sarkozy, d’imprimer toujours plus sa marque.