Martin Bashir, le journaliste de l’émission Panorama dans laquelle en novembre 1995 Lady Di avait évoqué son mariage malheureux, sa boulimie, et la dureté de la famille royale à son égard, a falsifié des documents pour obtenir l’interview de la princesse, et a ensuite menti à ses supérieurs, selon les conclusions de l’enquête de la BBC révélées aujourd’hui, qui font état de «manquements évidents».

Le prince William, fils aîné de Diana et Charles, a réagi en faisant savoir qu’il croyait profondément que cette interview de l’émission Panorama n’avait «plus aucune légitimité et ne devrait plus jamais être rediffusée». «C’est infiniment triste de savoir à quel point les manquements de la BBC auront alimenté les peurs, la paranoïa et la solitude des dernières années que j’ai passées avec elle», a-t-il ajouté dans un communiqué.

Son cadet le prince Harry a également condamné les «pratiques» de la BBC. «L’effet d’entraînement de cette culture d’exploitation et des pratiques contraires à toute éthique aura fini par lui ôter la vie», a-t-il expliqué dans son communiqué.

C’est le frère de la princesse, le comte Spencer, qui avait l’année dernière fait état publiquement de ses interrogations sur les conditions dans lesquelles l’entretien, qui avait fait l’effet d’une bombe au Royaume-Uni, avait été obtenu. Alors qu’une première enquête en 1996 avait blanchi le journaliste, au bénéfice du doute, la BBC a alors confié à un juge retraité, Lord Dyson, le soin d’enquêter; et ses conclusions sont accablantes pour Martin Bashir, aujourd’hui âgé de 58 ans, et dont la carrière a décollé avec cet entretien.

Des millions de téléspectateurs

Le journaliste a d’abord utilisé un faux document bancaire pour gagner la confiance du comte Spencer. Ces relevés de compte étaient censés prouver que les services de sécurité de la Couronne payaient deux personnes à la Cour pour espionner sa sœur. C’est ce document qui avait poussé le comte Spencer à présenter le journaliste à Lady Di. Le journaliste a ensuite menti à sa direction en affirmant n’avoir jamais montré de faux document à personne.

Vingt-trois millions de spectateurs avaient à l’époque regardé l’interview, qui avait marqué une révolution dans le traitement médiatique de la famille royale. Ce soir, la BBC diffuse un documentaire sur l’enquête de Lord Dyson, qui devait initialement être diffusé la semaine dernière. Martin Bashir, un des journalistes les plus connus de Grande-Bretagne, a justement présenté la semaine dernière sa démission, alléguant des problèmes de santé. Ce jeudi il s’est dit désolé, regrettant d’avoir utilisé des méthodes trompeuses.

La BBC a présenté ses excuses «inconditionnelles». Même si la princesse était désireuse de parler, comme le montre une lettre manuscrite publiée par la BBC, «les conditions d’obtention de son interview sont loin de ce qu’une audience est en droit d’attendre».

Interview de Lady Di en 1995: un rapport conclut à une tromperie de la part du journaliste
Plus de 25 ans après une interview de Lady Di explosive pour la monarchie britannique, un rapport indépendant a dénoncé jeudi les méthodes «trompeuses» employées par le journaliste Martin Bashir pour l’obtenir, conduisant la BBC à présenter des excuses.