■ L’essentiel

En Suisse, l’extension de la troisième dose de vaccination aux personnes de moins de 65 ans n’est pas prévue avant fin novembre.

Pfizer a accepté, mardi, de laisser diffuser sa pilule anti-Covid – une fois autorisée – au-delà des pays riches pour mieux combattre la pandémie.

En Allemagne, Munich a annulé son marché de Noël, qui attire plus de deux millions de visiteurs, en raison de «la croissance exponentielle» des infections.

Des transporteurs routiers veulent que l’OFSP soit sanctionné pour avoir mobilisé des autocars immatriculés en Allemagne lors de sa tournée de concerts «Back on Tour».

Plus de 100 000 personnes sont mortes par overdose durant la pandémie aux Etats-Unis.

Le système Covax a franchi la barre des 500 millions de doses

Retrouvez notre suivi de la journée de mardi.


■ En Belgique, télétravail obligatoire et port du masque étendu

En vue d’enrayer le fort rebond de l’épidémie dans le pays, la Belgique va généraliser le port du masque et rendre le télétravail obligatoire. A partir de lundi, les employés qui le peuvent devront donc télétravail au moins quatre jours par semaine, puis trois jours à partir du 13 décembre, indique ce mercredi le Premier ministre, Alexander De Croo.

Le masque est désormais rendu obligatoire dès l’âge de 10 ans – contre 12 ans précédemment – et devra être impérativement porté dans les transports en commun, bars, restaurants, théâtres, cinémas, et au sein de tous évènements publics, y compris en extérieur. Jusqu’à présent, le contrôle du passe sanitaire dans les lieux culturels permettait d’enlever son masque à l’intérieur.

Celui-ci a aussi été étendu à tous les événements publics, y compris les marchés de Noël, à partir de 50 personnes en intérieur – contre 500 actuellement – et 100 en extérieur, aux lieux culturels et aux bars et restaurants, y compris lors d’évènements privés.

Lire également: Entre la Suisse et la Belgique, le fédéralisme à l’épreuve de la deuxième vague

Enfin, la campagne de vaccination des enfants âgés entre 5 et 11 ans sera lancée «dans les meilleurs délais» et «sur base volontaire», après le feu vert des régulateurs sanitaire et bioéthique belges et approbation par l’Agence européenne du médicament (EMA), qui examine des résultats d’essais cliniques du vaccin Pfizer-BioNTech sur des enfants.

Le gouvernement a également annoncé la préparation d’un plan de vaccinations permettant à la population de recevoir une troisième dose. Avec près de 10 300 nouvelles infections par jour cette semaine, la Belgique retrouve un rythme de propagation du virus qui n’avait plus été atteint depuis un an.


■ En un an, plus de 100 000 morts par overdose aux Etats-Unis

Les autorités sanitaires américaines rapportent ce mercredi un record: plus de 100 000 personnes sont mortes par overdose durant la pandémie aux Etats-Unis. Précisément, entre avril 2020 et avril 2021, le pays a dénombré 100 306 overdoses fatales. Ce qui représente, selon des chiffres provisoires des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), une augmentation de 28,5% par rapport à la même période l’année précédente (78 056 décès).

Relire cet article de 2017: Opioïdes, l’hécatombe américaine

C’est la première fois que la barre symbolique des 100 000 décès est dépassée. «Ces overdoses sont largement entraînées par les opiacés de synthèse, essentiellement le fentanyl fabriqué illégalement», a déclaré lors d’une conférence de presse Deb Houry, responsable au sein des CDC.

Mon administration s’engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour s’attaquer à l’addiction et mettre un terme à cette épidémie d’overdoses, a réagi dans un communiqué le président Joe Biden.

«Alors que nous continuons à faire des progrès pour vaincre la pandémie de Covid-19, nous ne pouvons pas ignorer cette épidémie de disparitions, qui a touché des familles et des communautés à travers tout le pays», a-t-il ajouté. Le gouvernement américain a notamment annoncé prévoir d’améliorer l’accès à la naloxone, un antidote capable de contrer une overdose.


■ Le système Covax franchit la barre des 500 millions de doses

Le mécanisme de financement international Covax a permis de distribuer à travers le monde «500 millions de doses de vaccin», annonce ce mercredi son cofondateur avec l’organisation mondiale de la santé (OMS), l’Alliance du vaccin (ou Gavi).

Lire aussi: Une initiative transatlantique pour tuer le système Covax?

Tous deux dénoncent régulièrement l’inégalité criante dans l’accès à la vaccination entre les populations des pays pauvres et des pays riches. Grâce à Covax, des Etats et territoires défavorisés reçoivent gratuitement des vaccins financés par des nations plus prospères.

Quelque 143 doses ont été administrées pour 100 habitants dans les pays à haut revenus, contre seulement 7 doses pour 100 habitants dans les pays pauvres. Selon des prévisions revues à la baisse début septembre, Covax espère disposer d’un total de 1,425 milliard de doses en 2021. L’objectif initial de deux milliards devrait quant à lui être atteint au premier trimestre de 2022.

Lire également: L’Afrique se méfie du Covax et lance son propre programme d’achat de vaccins

«Covax a dû faire face en 2021 à plusieurs défis: des interdictions d’exportations, des pénuries dans l’approvisionnement et des problèmes liés au nationalisme (dans la conception) des vaccins», détaille le directeur exécutif de Gavi, Seth Berkley.


■ En Suisse, les transporteurs routiers veulent que l’OFSP soit sanctionné

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a mobilisé des autocars immatriculés en Allemagne pour réaliser sa tournée de concerts «Back on Tour». Une pratique qualifiée de «cabotage» par l’ASTAG, l’association faîtière des transporteurs routiers, dans un article du Nouvelliste.

L’ASTAG a adressé une missive au conseiller fédéral Alain Berset dans laquelle les transporteurs signalent «une situation illégale survenue dans le cadre de la Semaine de la vaccination contre le Covid, qui s’est déroulée du 8 au 14 novembre.» Ils rappellent dans cet article qu'«un car immatriculé à l’étranger ne peut pas effectuer un transport entre deux localités situées en Suisse.»

Pour eux, «l’OFSP doit être sanctionné.» Et Le Nouvelliste d’ajouter que cette «branche durement touchée par la pandémie» se réserve le droit «d’envisager des démarches juridiques.»


■ L’agence européenne des médicaments examine le vaccin Novavax

L’EMA, ou l’agence européenne des médicaments, déclare avoir entamé ce mercredi l’évaluation d’une demande d’autorisation dans l’Union européenne du vaccin anti-Covid de la société pharmaceutique américaine Novavax.

L’évaluation se déroulera selon un calendrier accéléré, précise l’EMA. Un avis sur l’autorisation de mise sur le marché pourrait être émis «en quelques semaines.

Ce vaccin, qui pourrait devenir le cinquième vaccin autorisé au sein de l’UE, utilise une technologie différente de celles employées pour les vaccins déjà largement autorisés dans le monde.

Relire cet article de février: CureVac, Novavax: quels sont les nouveaux vaccins achetés par la Suisse?

C’est un vaccin dit «sous-unitaire» à base de protéines qui déclenchent une réponse immunitaire, sans virus. Il peut être stocké à une température comprise entre 2 et 8 °C, ce qui pourrait faciliter sa distribution.

Lire également: Les vaccins anti-covid rapportent gros

La Commission européenne avait annoncé en août dernier avoir conclu un contrat avec Novavax pour l’achat anticipé de 200 millions de doses de son vaccin une fois qu’il aura été approuvé par l’EMA. Début novembre, l’Indonésie a été le premier pays à autoriser ce vaccin.


■ La Suède va instaurer un pass vaccinal

A partir du 1er décembre, et pour la première fois, un pass vaccinal sera instauré en Suède pour pouvoir assister aux évènements intérieurs de plus de 100 personnes. Une réaction suite au bond des contaminations en Europe, annonce le gouvernement ce mercredi. Même si la Suède enregistre actuellement peu de cas, le pays «n’est pas isolé du reste du monde», souligne la ministre de la Santé, Lena Hallengren.

Le pays nordique, qui avait décidé à compter du 1er novembre de ne plus tester les personnes totalement vaccinées contre le Covid-19 – même en cas de symptômes – a d’abord décidé de revenir sur cette décision critiquée. La présentation d’un certificat de vaccination, qui avait été recommandée un peu plus tôt par l’autorité de santé publique, exclut encore les plus jeunes. Le gouvernement fixera prochainement le seuil souhaité: 16 ou 18 ans.

Lire un reportage sur ce sujet: La Suède lève ses maigres restrictions et balaie l’idée d’un pass sanitaire

Les évènements appliquant cette mesure seront exempts d’autres restrictions. Son application n’est donc pas «obligatoire», indique le gouvernement. Mais l’organisateur d’un évènement de plus de 100 personnes qui ne l’appliquerait pas serait alors frappé par d’autres mesures plus strictes.

Pour rappel, la Suède s’est distinguée dans la crise du coronavirus par l’absence de confinement et une stratégie reposant sur des recommandations plutôt que des mesures coercitives, avec un recours très restreint aux masques de protection dans l’espace public. Le pays avait levé la quasi-totalité de ses restrictions anti-Covid fin septembre du fait de l’avancée de son programme de vaccination et de la bonne situation épidémique.


■ La pandémie dans le monde

Nouvelles mesures et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

  • Le Portugal, l’un des pays au plus fort taux de vaccination contre le Covid-19 (86%), envisage de nouvelles restrictions pour faire face à une recrudescence de l’épidémie marquée par une augmentation des hospitalisations et du nombre de cas. Le président Marcelo Rebelo de Sousa a défendu mardi soir le retour du port du masque obligatoire en extérieur. Le gouvernement prendra des décisions après une réunion prévue ce vendredi avec des experts scientifiques.

Lire aussi: Au Portugal, les employeurs interdits de contacter leurs collaborateurs en dehors des heures de travail

  • La Banque centrale européenne (ou BCE) estime ce mercredi que la lenteur du rythme de la vaccination dans certaines parties du monde pourrait menacer la stabilité financière, même si la reprise économique est déjà bien engagée.

Sur ce sujet: Delta, une épée de Damoclès sur la reprise économique

  • L’Académie française de médecine, dont les avis sont consultatifs, «recommande d’élargir l’immunisation contre la Covid-19 par le vaccin – de Pfizer/BioNTech – aux enfants à risque de formes graves en raison de comorbidités, quel que soit leur âge.» Une prise de position qui intervient après plusieurs jours de polémiques en France sur l’opportunité d’étendre la vaccination aux 5-11 ans, comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis ou en Israël. Actuellement, seuls les enfants plus de 12 ans peuvent se faire vacciner contre le Covid dans l’Hexagone.

Lire également: Vaccination des enfants: Israël tente la pédagogie pour convaincre

  • Le géant de la livraison express FedEx annonce ce 17 novembre la fermeture de sa base de personnel naviguant à Hong Kong et la délocalisation à l’étranger de ses pilotes en raison des mesures anti-Covid en vigueur sur le territoire.

Lire encore: Des pénuries qui se multiplient: l’économie suisse est en état de manque

  • Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré* le plus de décès (765 913), devant le Brésil (611 478), l’Inde (464 153), le Mexique (291 241) et la Russie (259 084).

*L’Organisation mondiale de la santé (ou OMS) estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé.


■ La Suisse compte 5981 nouveaux cas en 24 heures

Selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), le pays compte ce mercredi 5981 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures.

On déplore dix décès supplémentaires et 93 malades ont été hospitalisés.

  • Durant les dernières 24 heures, les résultats de 44 520 tests ont été transmis
  • Le taux de positivité s’élève à 13,43%
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 45 982, soit 527,96 nouvelles infections pour 100 000 habitants
  • Le taux de reproduction – qui a un délai d’une dizaine de jours – est lui de 1,32
  • Les patients Covid-19 occupent 16,30% des places disponibles en soins intensifs
  • En soins intensifs, le taux d’occupation est de 76,20%
  • 73,99% des personnes âgées de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination) ont déjà reçu deux doses

■ Un outil en ligne pour tout savoir sur les symptômes post-covid

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ouvrent sur internet une plateforme interactive d’informations et d’échanges sur les séquelles à long terme que peut avoir le Covid-19. Il s’agit d’une première dans le monde francophone, indiquent mercredi les HUG.

La plateforme Rafael s’adresse aussi bien aux professionnels qu’au grand public. Elle permet à un internaute de déterminer s’il présente des symptômes post-Covid et de l’orienter ensuite dans le réseau de soins. Elle renseigne aussi sur les complications que peut entraîner une infection par le virus et leur prise en charge.


■ Des opposants à la loi covid ont voulu manipuler un sondage

Selon le deuxième sondage de la SSR, la loi covid recueille plus de 60% de oui. Certains opposants ont tenté sans succès de fausser le sondage en multipliant les participations en ligne, selon la RTS.

Lire à ce sujet: Sondage: la loi covid et les soins infirmiers toujours bien soutenus

Au micro de la Matinale mercredi matin, la politologue et cheffe de projet au sein de l’institut gfs.bern, à l’origine du sondage, Martina Mousson, a expliqué que les opposants n’ont pas réussi à perturber le processus: une enquête téléphonique a été réalisée, ce qui réduit les risques d’influence.

Cette tentative de manipulation a presque un effet bénéfique: «Ça nous aide à mieux comprendre ce groupe», souligne Martina Mousson.


■ Roche met fin à son partenariat avec Atea sur un comprimé anti-covid

Le géant pharmaceutique Roche a mis un terme à son partenariat avec Atea Pharmaceuticals concernant un comprimé anti-covid, a-t-il annoncé dans la nuit de mardi à mercredi, le traitement ayant essuyé un revers lors d’essais cliniques.

Après une «analyse attentive» des traitements contre le virus, qui continuent d’évoluer, «Roche a pris la décision difficile de mettre fin au partenariat avec Atea sur le programme AT-527 afin de concentrer ses efforts sur d’autres activités concernant le Covid-19», a-t-il indiqué dans un communiqué. Les droits et licences accordés par Atea Pharmaceuticals dans le cadre de cette collaboration lui seront retournés, précise le communiqué.

Lire aussi: Quoi de neuf sur le front des traitements contre le covid?

Mi-octobre, le traitement développé par cette société bio-pharmaceutique américaine a essuyé un revers lors d’essais cliniques de phase II. Appelé AT-527, ce comprimé en cours d’études n’avait pas atteint ses objectifs primaires concernant la réduction de la charge virale par rapport au placebo chez ces patients non-hospitalisés souffrant d’une forme légère à modérée de la maladie, avait fait savoir Atea.


■ Le maire de New York promet le retour du Nouvel An à Times Square

Le maire de New York a promis mardi le retour des foules pour la fête du Nouvel An sur la place de Times-Square. Les célébrations avaient été annulées en 2020-2021 à cause de la pandémie de coronavirus.

«Des centaines de milliers de personnes vont venir faire la fête, nous pouvons enfin nous retrouver, ce sera fantastique», a annoncé le maire démocrate. Il a cependant aussitôt précisé que pour entrer dans les lieux, une «preuve de vaccination» serait nécessaire. Les seules exceptions possibles concernent les enfants de moins de cinq ans ou les personnes ayant une incompatibilité médicale avec le vaccin, lesquelles devront fournir un test négatif de moins de 72 heures.


■ La ville de Pékin réduit les vols à l’approche des JO

Pékin a instauré mercredi de nouvelles restrictions à l’entrée de la capitale chinoise, réduisant considérablement les vols en provenance du reste du pays par crainte d’une transmission du Covid-19. A deux mois et demi de l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver le 4 février prochain, la Chine cherche à tout prix à limiter les risques de contamination, conformément à sa politique de zéro Covid.

Depuis ce mercredi, tous les voyageurs en partance pour la capitale doivent produire un test négatif datant de moins de 48 heures, quel que soit leur lieu de départ. Jusqu’à présent, une telle obligation ne s’appliquait qu’aux personnes arrivant de zones «à risque». Par ailleurs, les vols en provenance de villes «à risque moyen ou élevé» sont désormais supprimés. Pour les capitales provinciales dans ce cas, les vols sont limités à un par jour, avec un remplissage maximal de 75% des sièges.


■ L’Irlande met en place de nouvelles restrictions

Le gouvernement irlandais a annoncé mardi la mise en place de nouvelles restrictions pour enrayer une résurgence du virus en Irlande et préserver le système de santé. Parmi ces mesures figurent le télétravail et un couvre-feu pour les bars et restaurants. «A travers l’Europe et notre pays, il devient de plus en plus clair que nous connaissons une nouvelle poussée d’infections au Covid-19», a déclaré le Premier ministre Micheal Martin en s’adressant aux Irlandais.

Sans la vaccination massive de la population, «il ne fait aucun doute que nous serions maintenant en confinement total», a-t-il ajouté. Si les infections et hospitalisations continuent à croître au rythme actuel, «aucun système de santé au monde ne pourrait faire face». Même vaccinées, les personnes entrées en contact avec un cas confirmé de coronavirus devront «restreindre leurs mouvements» durant cinq jours.