«J’ai peur pour mon pays.» Reuven Rivlin est à bout et il l’a fait savoir à ses compatriotes. Mardi, le président israélien a annoncé s’être résolu à désigner Benyamin Netanyahou pour former un gouvernement de coalition. Un choix contraint au point que l’octogénaire avoue: «Si la loi m’y autorisait, je remettrais cette décision aux représentants du peuple. Mais je ne le peux pas.» Et de prononcer cette sévère mise en garde: «L’existence de l’Etat d’Israël ne peut être considérée pour acquise.»

Lire aussi: Entrée historique de l’extrême droite au parlement israélien