Logement

Berlin excédée par l’explosion des loyers

Les Berlinois manifesteront samedi pour protester contre l’augmentation inégalée des loyers. Une initiative populaire largement soutenue par la population envisage d’exproprier les gros bailleurs par le biais d’un référendum

Luisa a retrouvé le sommeil. La vieille dame et son mari, âgés de 76 et 78 ans, viennent de vivre six mois d’angoisse intense, depuis qu’en juillet dernier une lettre de leur propriétaire les a informés qu’ils avaient six mois pour quitter leur logement. Le propriétaire – qui a racheté tout l’immeuble en 2007 – réclame les lieux pour un membre de sa famille. Le couple pense plutôt être victime de la spéculation immobilière qui sévit sur la ville depuis une bonne dizaine d’années.

Leur appartement, un beau quatre-pièces calme de 110 mètres carrés dans un immeuble de la fin du XIXe siècle, avec moulures au plafond et plancher, vaudrait plus de 1700 euros sur le marché. Les retraités, qui ont emménagé en 1974 pour 265 marks (130 euros) de loyer, paient aujourd’hui moins de 700 euros par mois, chauffage compris. Le couple n’a pas les moyens de payer plus, et après des mois de recherches infructueuses, la vieille dame, dont le mari souffre de démence, est soulagée d’avoir gagné une première manche de la bataille qui l’oppose à son propriétaire. Les avocats de Luisa ont mis en avant la santé de son mari pour obtenir un répit.

La capitale victime de son succès

Nulle part ailleurs dans le monde les loyers ne grimpent aussi vite qu’à Berlin. La capitale allemande, longtemps sinistrée sur le plan économique, est victime de son succès. Elle attire chaque année depuis 2011 entre 20 000 et 50 000 nouveaux habitants par an. Le rythme des constructions ne suit pas et les prix explosent. Entre 2016 et 2017, le prix des nouveaux baux a augmenté de 20,5%; et encore autant l’an passé. Le prix du mètre carré est passé pour les nouveaux contrats de 5 euros en moyenne en 2008 à plus de 10 euros en 2018; plus de 16 euros pour les appartements neufs.

Les habitants, confrontés aux menaces d’expulsion, ou aux travaux imposés par les propriétaires – façon légale de faire grimper les prix – lorsque leur loyer est modéré, sont entrés en résistance. «Pendant des années, on a essayé avec les méthodes traditionnelles de protestation. Mais ça n’a rien apporté, s’insurge Rouzbeh Taheri. Comme le gouvernement ne fait rien, et que ses moyens sont de toute façon limités, nous avons décidé de prendre le taureau par les cornes.»

Comme à l’époque du communisme?

Taheri est devenu le visage de la résistance. A 45 ans, cet Iranien réfugié en Allemagne depuis 1988, diplômé en économie et proche du parti néocommuniste Die Linke, évoque «le droit au logement digne», la «légitime défense», parle de «lutte des classes» et de la «nécessité d’expulser les spéculateurs» en recourant à l’article 15 de la Constitution, jamais utilisé, qui permet l’expropriation au nom de l’intérêt collectif. Trente ans après l’effondrement du communisme, le projet polarise.

Casquette grise vissée sur la tête, jeans et sweat gris à capuche, Taheri a des allures de Gavroche des temps modernes. Coorganisateur d’une vaste manifestation de protestation contre la spéculation immobilière qui doit rassembler 50 000 personnes dans les rues de Berlin samedi, il s’apprête à lancer le même jour la première des trois étapes nécessaires à l’organisation du référendum «Deutsche Wohnen & Co enteignen» («exproprier Deutsche Wohnen & Co», filiale de Deutsche Bank possédant quelque 300 000 logements dont 110 000 à Berlin et devenue le symbole de la spéculation).

Taheri s’est donné deux mois pour réunir les 20 000 signatures nécessaires au déclenchement de la seconde étape – la collecte de 180 000 signatures cette fois, débouchant sur le référendum proprement dit, au plus tôt au printemps 2020. Si la procédure d’expropriation était adoptée, avec participation d’au moins 25% du corps électoral, la municipalité berlinoise serait obligée de présenter une loi allant dans le sens de la volonté populaire.

Appartements bradés pour renflouer le budget de la ville

L’objectif des organisateurs est d’exproprier les bailleurs possédant plus de 3000 logements chacun dans la ville. Six gros propriétaires en tête desquels Deutsche Wohnen & Co sont concernés, soit un parc de 240 000 appartements, dont ce lot de 50 000 logements cédés dans les années 1990 par la mairie à Deutsche Wohnen & Co pour 405 millions d’euros – 8000 euros par appartement! Leur valeur est aujourd’hui estimée à 7 milliards d’euros, 17 fois le prix d’alors.

A la chute du Mur, la ville de Berlin possédait près de 600 000 logements sociaux. La ville était pauvre et le parc en mauvais état, mais les loyers étaient imbattables. Berlin était alors la capitale la moins chère du monde occidental. Au cours des années 1990, la municipalité surendettée a mis plus de 350 000 logements sur le marché. Ce sont ces mêmes logements que les activistes veulent aujourd’hui recommunaliser, pour les gérer de façon «démocratique», «avec la participation des locataires».

Lire également: Berlin veut encourager l’échange d’appartements

«C’est le seul moyen de limiter la hausse des loyers», insiste Rouzbeh Taheri, évoquant l’actuelle répercussion de la moindre hausse des loyers pratiqués par les gros bailleurs sur le reste du marché. Il estime le coût de l’opération à une somme comprise entre 7 et 12 milliards d’euros, que la ville pourrait financer par un crédit que rembourseraient les loyers. La municipalité SPD-Verts-Linke, divisée sur la question, parle d'un montant allant jusqu’à 40 milliards d’euros. Luisa, épuisée par les soucis des derniers mois, n’ira pas manifester samedi. Mais elle est bien décidée à participer au référendum l’année prochaine.

Publicité