Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a porté hier la bonne nouvelle à Minsk, où il a été reçu par le président biélorusse Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis vingt-six ans, flanqué de son ministre des Affaires étrangères. La bonne nouvelle, c’est l’inauguration de la première ambassade de Suisse à Minsk, après dix ans de présence sous la forme d’un simple bureau de représentation. Le changement n’est que statutaire, car les efforts sont minimes: il s’agit toujours d’un bureau dans un bâtiment partagé avec d’autres ambassades (France, Bulgarie). L’ambassadeur Claude Altermatt, déjà installé à Minsk à l’été dernier, n’est entouré que d’un stagiaire universitaire et de deux employés locaux.

Une visite historique

Le Département fédéral des affaires étrangères justifie l’ouverture de cette ambassade par l’intensification des relations bilatérales entre les deux pays dans «tous les domaines» – affaires, politique, migration, droits humains, coopération dans le domaine des secours en cas de catastrophe – et par le rôle de Minsk depuis l’éclatement du conflit dans l’est de l’Ukraine. «La Biélorussie se positionne comme une bâtisseuse de ponts entre les différents camps, souligne-t-il. La Suisse apprécie ce rôle et soutient la Biélorussie dans ses efforts.»