Djihadisme

Bien qu'affaiblis, les groupes EI et Al-Qaida restent une menace

Un rapport de l'ONU réalisé par des experts met en exergue la capacité des organisations à envoyer des fonds à leurs militants, leur récent déploiement vers l'Asie, et leur capacité de pression militaire

Les groupes djihadistes Etat islamique et Al-Qaïda ont conservé des capacités d'action importantes au cours des six premiers mois de l'année 2017, et ce malgré la pression militaire internationale à leur encontre, selon un rapport d'experts de l'ONU.

Lire également: Entraînement, recrutement, financement: la Suisse veut punir ce qui prépare au terrorisme

En dépit de cette pression en Irak et en Syrie, l'organisation EI «est toujours capable d'envoyer des fonds à ses militants hors de la zone de conflit» moyen-orientale, souligne le texte destiné au Conseil de sécurité et circulant depuis jeudi au siège des Nations unies. Les transferts de fonds sont souvent réalisés avec de petites sommes, les rendant difficiles à détecter.

Les sources de financement de l'EI n'ont pas changé fondamentalement, reposant toujours sur l'exploitation du pétrole et l'imposition de taxes à la population locale, note aussi le document.

«Une menace militaire significative»

Réalisé par des experts mandatés pour suivre l'application des différentes résolutions et des sanctions adoptées contre les deux groupes djihadistes, le texte de 24 pages relève que l'EI «continue de motiver et de rendre possible des attaques» hors du Moyen-Orient. Comme en Europe qui demeure une «région prioritaire» pour des attaques par des individus soutenant l'idéologie du groupe.

Lire aussi: Le retour des djihadistes déstabilisent les Philippines

L'organisation EI veut s'établir en Asie du sud-est comme le montrent les récents combats dans le sud des Philippines, ajoute le rapport en relevant par ailleurs que le nombre de membres voulant gagner l'Irak et la Syrie continue de décroître.

De plus en plus de mineurs seraient en train de quitter les zones de combats au Moyen-Orient. «Leurs expériences, incluant leur participation aux entrainements et à de la violence extrême, comme leur radicalisation (...) réclament une attention particulière et des stratégies», jugent les experts.

Regarder la vidéo:  A Mossoul, au coeur des combats contre l'EI

«La résistance de l'EI à Mossoul montre que sa structure de commandement et de contrôle n'a pas été complètement cassée et que le groupe reste une menace militaire significative». Outre son utilisation de drones trouvés dans le commerce, l'EI «a développé une capacité de les modifier et de construire ses propres modèles» pour diffuser sa propagande, faire de l'observation ou pour emporter de petites bombes ou explosifs, notent également les experts.

Interdire le paiement de rançons à des preneurs d'otages

En Afrique de l'ouest, en Afrique de l'est et dans la péninsule arabique, notamment au Yémen, Al-Qaïda conserve de son côté des réseaux puissants. En dépit de la «compétition stratégique» que se livrent les deux organisations, des alliances et des coopérations permettent dans plusieurs régions des mouvements de combattants entre différents groupes, relève aussi le rapport.

En Libye, le nombre de combattants de l'Etat islamique est estimé par un Etat membre à entre 400 et 700, rapportent les experts. Au Sahel, Al-Qaïda continue de représenter «une menace significative», comme en Afrique de l'est où les membres affiliés à ce groupe et à l'organisation Etat islamique seraient entre 6 000 et 9 000. Parmi ses recommandations, le groupe d'experts de l'ONU demande entre autres au Conseil de sécurité de rappeler aux Etats membres que le paiement de rançons à des preneurs d'otages est illégal au regard des sanctions imposées aux groupes Al-Qaïda et Etat islamique.

Publicité