Commentaire Les bienfaits de prêcher par l’exemple

Aux Etats-Unis, le plan présenté par l’administration américaine est peut-être un tournant. Jamais la Maison-Blanche n’avait pris une décision aussi audacieuse pour lutter contre le réchauffement climatique. L’impact aux Etats-Unis pourrait être considérable et doper la capacité innovatrice du pays. Il pourrait être tout aussi considérable au plan international.

Plus grand pollueur de la planète avant d’être dépassée par la Chine, l’Amérique a été le cancre dans les négociations internationales sur le climat. Refusant de ratifier le Protocole de Kyoto, elle a longtemps sapé l’émergence d’un consensus international pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique. En 2009, Barack Obama avait promis une réduction importante des émissions de CO2. Mais il avait buté sur un Congrès hostile et animé par une vision à court terme des intérêts économiques du pays. Aujourd’hui, grâce à la révolution des gaz de schiste, les Etats-Unis ont paradoxalement réussi à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone, et le plan climatique proposé devrait les aider à atteindre l’objectif de Copenhague.

En prêchant par l’exemple, Washington entend jouer les chefs de file dans le domaine avec une autorité morale nouvelle. Il pourrait lever les réticences de la Chine et peut-être de l’Inde, deux pays dont les émissions de CO2 devraient exploser ces prochaines années, à négocier un traité à la hauteur des défis posés par le réchauffement de la planète dans la perspective de la conférence sur le climat de Paris en 2015.