Asie

Le bilan des attentats au Sri Lanka monte à 310 morts

Une bombe a été désactivée lundi près de l’aéroport de Colombo, au lendemain d’une série d’attentats qui ont fait au moins 310 morts, selon le dernier bilan de la police, mardi

Une bombe artisanale découverte près du principal aéroport de Colombo a été désamorcée avec succès par les forces aériennes sri-lankaises, a annoncé lundi la police. Une série d'explosions a fait dimanche plus de 310 morts dans des églises et des hôtels de l'île. Un précédent bilan faisait état de 290 morts. 

L'engin explosif a été été trouvé tard dimanche sur une route menant vers le principal terminal de l'aéroport. Un porte-parole des forces aériennes a déclaré qu'il soupçonnait que la bombe avait été fabriquée localement. L'aéroport reste ouvert sous haute sécurité suite aux attentats.

Lire aussi: Pâques sanglantes au Sri Lanka

Dimanche, en quelques heures, des bombes ont semé mort et désolation dans quatre hôtels et trois églises, en pleine messe de Pâques, en plusieurs endroits. Le pays, prisé des touristes étrangers pour ses plages idylliques et sa nature verdoyante, n'a pas connu un tel déchaînement de violence depuis la fin de la guerre civile il y a dix ans.

Six explosions très rapprochées sont survenues dans la matinée, et deux plusieurs heures après, faisant au moins 310 morts et plus de 500 blessés, selon un dernier bilan de la police, mardi matin. «C'était un torrent de sang», a témoigné un commerçant voisin de l'église Saint-Antoine de la capitale Colombo, frappée dans la matinée.

Vingt-quatre personnes arrêtées

La police sri-lankaise a arrêté au total 40 hommes en lien avec les attentats, a annoncé la police locale mardi. Une source policière a indiqué que les suspects étaient détenus dans deux endroits, dans et près de la capitale Colombo. Ils appartiennent tous au même groupe radical, selon la même source.

Lire aussi: Attentats au Sri Lanka: «Je n’aurais jamais pu imaginer cela»

Au moins deux des huit attaques ont été menées par des kamikazes, selon la police et d'autres sources. Trois policiers ont été tués, lorsqu'un autre kamikaze s'est fait exploser lors d'un raid de la police dans une maison, où se trouvaient des suspects.

Les enquêteurs cherchent à savoir s'ils ont d'éventuels «liens avec l'étranger». Le chef de la police nationale avait émis une alerte il y a dix jours, sur la foi d'informations «d'une agence de renseignements étrangère» avertissant qu'un mouvement islamiste, le NTJ, projetait «des attentats-suicides contre des églises importantes» et l'ambassade d'Inde à Colombo. Le National Thowheeth Jama'ath (NTJ) s'était fait connaître l'an passé en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhiques.

Publicité