Terrorisme

Le bilan de l’attentat de Bagdad s’aggrave à 292 morts

Le bilan humain ne cesse de s’alourdir. Avec 292 morts, l’attentat du 3 juillet est l’un des plus meurtriers qu’ait connus l’Irak

L’attentat perpétré dimanche 3 juillet dans un quartier animé de Bagdad par le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a fait au moins 292 morts, selon un nouveau bilan établi jeudi par le Ministère irakien de la santé.

La ministre irakienne de la Santé, Adila Hammoud, a fait état de 292 tués. Cet attentat est l’un des pires jamais perpétrés dans le pays. L’attaque a également fait quelque 200 blessés, selon la ministre.

115 corps ont été identifiés et remis à leur famille. Les examens se poursuivent pour identifier 177 personnes tuées dans cette attaque perpétrée dans le quartier majoritairement chiite de Karrada.

Lire aussi: Le ministre de l’Intérieur démissionne après l’attentat de Bagdad

L’attentat a été mené à l’aide d’un véhicule piégé qui a explosé dans une rue bondée de Karrada, un quartier commerçant majoritairement chiite, très fréquenté avant les fêtes de la fin du mois de jeûne du ramadan. Il a été revendiqué par l’Etat islamique, chassé une semaine plus tôt de son bastion de Falloujah, à l’ouest de Bagdad.

Crises à répétition en Irak depuis 2003

Trois jours après le drame, des milliers de bougies étaient allumées en hommage aux victimes et de nombreuses personnes ont participé mercredi à la première prière du matin sur les lieux mêmes de l’attentat. Habituellement joyeuse, la fête de l’Aïd el-Fitr a débuté sur une note sombre. «Cette tragédie qui nous arrive, les jeunes qui meurent… est-ce vraiment ça, l’Aïd?» s’interroge un passant.

Depuis la chute du régime de Saddam Hussein, renversé en 2003 après l’invasion américaine, l’Irak est en proie à l’instabilité politique et sécuritaire avec des crises gouvernementales à répétition et des attentats qui continuent d’endeuiller le pays. L’Etat islamique s’est emparé en 2014 de larges pans du territoire irakien mais a depuis perdu du terrain au profit des forces gouvernementales, soutenues par les frappes de la coalition internationale sous commandement américain.

Publicité