Catastrophe

Le bilan de l’ouragan «Irma» s’alourdit dans les Caraïbes

L’ouragan «Irma», qui dévaste actuellement les Caraïbes, est d’une intensité «sans précédent» sur l’Atlantique. Aux très lourds dégâts matériels s’ajoute un bilan provisoire d’au moins 13 morts

Le bilan du passage de l’ouragan Irma s’est alourdi jeudi soir avec quatre nouveaux morts retrouvés aux îles Vierges américaines, portant au moins à 13 le nombre de victimes. Irma a également commencé jeudi soir à provoquer une forte montée des eaux dans le nord-est d’Haïti, où de forts vents emportent les toitures des maisons. La protection civile a comptabilisé au moins deux premiers blessés.

A l’approche de l’ouragan, la République dominicaine était également balayée jeudi soir par des vents de 285 km/h et de fortes pluies, obligeant à évacuer environ 5500 habitants. L’œil du cyclone ne devrait cependant pas toucher directement le territoire dominicain, d’après l’Office national de météorologie. Le cyclone est attendu à Cuba vendredi soir. Il devrait ensuite remonter vers la côte sud-est des Etats-Unis, frappant d’abord la Floride puis la Géorgie et la Caroline du Sud, selon les prévisions du Centre américain des ouragans.

Miami Beach évacuée

Le président américain Donald Trump a exprimé jeudi sa «vive inquiétude» quant aux dégâts qu’il pourrait provoquer. L’ouragan Irma va «être réellement destructeur» quand il arrivera sur les côtes de Floride, a prévenu jeudi le chef de l’agence américaine des situations d’urgence sur CNN.

Des ordres d’évacuations obligatoires ont été émis pour les zones côtières de Floride et dans l’Etat de Géorgie. «Nous disons à tout le monde: quittez Miami Beach. Je n’aurais jamais pensé devoir dire cela, mais je le dis aujourd’hui», a renchéri le maire de Miami Beach, Philip Levine, sur la chaîne Fox News.

Lire aussi: A Saint-Barthélemy et Saint-Martin, le cauchemar «Irma» a tué le paradis

Dans les îles déjà frappées par Irma, les habitants décrivaient un spectacle de désolation. A Saint-Martin, tout a «été soufflé» comme «par une bombe atomique», a témoigné sur la chaîne France Info Dany Magen-Verge, une habitante de cette île connue pour ses plages paradisiaques, mais où plus de 60% des maisons sont désormais inhabitables. Sur cette île franco-néerlandaise, frappée de plein fouet, le cyclone a fait quatre morts, côté français. Un mort est aussi à déplorer sur la partie néerlandaise de l’île, selon La Haye. Ci-dessous, les dégâts vus du ciel:

Une longueur de l’intensité «jamais vu[e]»

Dans l’île française voisine de Saint-Barthélemy, très prisée de la jet-set, les dégâts sont également considérables. Le premier ministre français Edouard Philippe a fait état d’une cinquantaine de blessés. Un dixième mort provoqué par Irma a été recensé sur l’île de Barbuda, frappée la première par l’ouragan et désormais «totalement dévastée», a déploré Gaston Browne, le premier ministre d’Antigua-et-Barbuda. Il a estimé au passage que l’ouragan devait convaincre «ceux qui ne croient pas au changement climatique». L’île britannique d’Anguilla a été, elle aussi, entièrement rasée. Enfin, jeudi matin, trois personnes ont été tuées lors du passage du cyclone à Porto Rico.

Lire aussi: L’ouragan Irma, extrêmement dangereux, s’approche des Antilles

Irma a généré des vents à 295 km/h pendant plus de 33 heures, battant le record du super-typhon Haiyan, qui, en 2013 aux Philippines, avait produit les mêmes vents pendant vingt-quatre heures. «Une intensité d’une telle longévité, c’est du jamais-vu dans le monde depuis le début de l’ère satellitaire», il y a une cinquantaine d’années, a souligné Météo-France. Quelque 1,2 million de personnes ont déjà été affectées par l’ouragan, un nombre qui pourrait grimper à 26 millions, selon la Croix-Rouge.

Publicité