Le bilan du violent séisme qui a frappé dimanche l’île de Lombok, dans le sud de l’Indonésie, est monté à 164 morts, ont annoncé jeudi les autorités locales.

«Au moins 1400 personnes ont été gravement blessées et 156 000 ont été déplacées», a précisé un porte-parole de l’Agence nationale de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho. Un précédent bilan provisoire faisait état de 131 morts.

A la suite du tremblement de terre de magnitude 6,9 survenu dimanche, des dizaines de milliers de maisons ont été endommagées ou détruites, selon les autorités. Le bilan des victimes risque encore d’augmenter, dans la mesure où les équipes de secours continuent de déblayer les décombres à l’aide d’excavateurs.

L’aide humanitaire s’organise

Des villageois apeurés ont abandonné leurs maisons pour se réfugier sous des tentes ou abris bâchés aménagés le long des routes ou dans des rizières sous la chaleur tropicale de l’archipel d’Asie du Sud-Est.

Certains campements manquent de nourriture pour les personnes qui y sont temporairement hébergées, tandis que d’autres déplacés souffrent de traumatismes psychologiques consécutifs à ce deuxième séisme en une semaine. Un premier tremblement de terre le 29 juillet avait fait au moins 17 morts sur l’île volcanique prisée des touristes pour ses plages et ses sentiers de randonnée.

Lire aussi: Séisme en Indonésie: au moins 98 morts, plus de 2000 touristes évacués

Les autorités locales, le gouvernement central et des ONG s’organisent pour apporter de l’aide aux sinistrés. Les équipes de secours éprouvent toutefois des difficultés à atteindre certaines zones en raison de routes endommagées par le séisme dans le nord et l’est de Lombok, territoires les plus proches de l’épicentre – loin des quartiers touristiques.