L'ancien président américain Bill Clinton a de nouveau critiqué jeudi le moment choisi par son successeur pour lancer la guerre en Irak, en affirmant que les Etats-Unis s'étaient «aliéné le monde» en envahissant ce pays. Interrogé par la chaîne de télévision ABC avant l'inauguration de sa bibliothèque jeudi à Little Rock, Bill Clinton a estimé que «l'administration Bush avait fait une erreur en allant en guerre au moment où elle l'a fait». Il a rappelé avoir soutenu l'accord donné au président pour agir contre Saddam Hussein, mais «s'il ne coopérait pas avec les inspecteurs de l'ONU ou si des armes de destruction massive étaient découvertes en sa possession». Pour l'ex-président démocrate, en déclarant ainsi la guerre, les Etats-Unis se «sont aliéné le monde». «Beaucoup d'Américains n'en ont pas pris conscience», selon lui.

En Suisse, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a jugé jeudi inacceptable le comportement du Marine américain qui a tiré sur un homme blessé à Falloujah. Il s'est déclaré consterné par la nouvelle de l'assassinat probable de Margaret Hassan. Le DFAE a rappelé à l'ambassadrice des Etats-Unis à Berne, Pamela Willeford, l'engagement pris par Washington de respecter les Conventions de Genève. Sur le terrain, bombardements et combats se sont poursuivis à Falloujah. Après la mort jeudi d'un Marine et d'un soldat irakien, 51 Marines et 8 soldats irakiens ont été tués au total depuis le début de l'offensive. Enfin, Un document classé secret de l'armée, cité jeudi par le New York Times, indique que le succès final de l'opération «Aube» (sur Falloujah) est loin d'être acquis, contrairement à l'optimisme officiel.