La Birmanie vit une nouvelle séquence sanglante depuis le week-end dernier. Signe de l'escalade de violence: des barricades faites de barbelés et de sacs remplis de sable ont commencé à apparaître dans de nombreux quartiers de Yangon, la capitale économique du pays, pour empêcher la police d’y accéder. Dimanche, les contestataires ont mis le feu à des usines chinoises dans une banlieue de la ville. Et ce mardi, des dizaines de funérailles ont eu lieu alors que 180 manifestants auraient été tués par les forces de l'ordre depuis le coup d’Etat orchestré par l’armée le 1er février.