Birmanie

La Birmanie rejette le rapport de l’ONU sur le «génocide» des Rohingyas

Les autorités birmanes se défendent d’avoir autorisé la Mission d’établissement des faits de l’ONU à entrer en Birmanie. Cette dernière a accusé lundi l’armée birmane de «génocide» à l’encontre des Rohingyas

La Birmanie rejette les conclusions d’enquêteurs des Nations unies (ONU) qui ont accusé son armée de «génocide» à l’encontre des musulmans rohingyas, a déclaré un porte-parole du gouvernement birman.

En 2017, plus de 700 000 musulmans rohingyas ont fui vers le Bangladesh après une offensive de l’armée birmane lancée en représailles d’attaques de postes-frontières par des rebelles rohingyas. Cette répression a été qualifiée par l’ONU de «nettoyage ethnique», une accusation rejetée par les autorités birmanes.

Lire aussi: L’ONU demande à poursuivre les généraux birmans pour génocide

La Mission d’établissement des faits (MEF) de l’ONU sur la Birmanie, créée par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU en mars 2017, a estimé lundi que «les principaux généraux de Birmanie, y compris le commandant en chef Min Aung Hlaing, doivent faire l’objet d’enquêtes et de poursuites pour génocide dans le nord de l’Etat rakhine, ainsi que pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre dans les Etats rakhine, kachin et shan».

Une décision de Facebook fustigée

«Nous n’avons pas autorisé la MEF à entrer en Birmanie, c’est pourquoi nous n’acceptons aucune résolution du Conseil des droits de l’homme», a déclaré Zaw Htay, porte-parole du gouvernement birman, dans des propos publiés mercredi par le Global New Light of Myanmar, journal officiel.

Il a mis en avant la création d’une «Commission d’enquête indépendante» par la Birmanie pour répondre aux «fausses allégations des agences de l’ONU».

Lire aussi: Sous pression, Facebook bloque des membres de l’armée birmane

Zaw Htay s’est également insurgé contre la décision de Facebook – qui avait été critiqué par les enquêteurs de l’ONU pour avoir permis que des discours haineux se propagent – de fermer la page du général Min Aung Hlaing, pour «violations des droits de l’homme». Zaw Htay a estimé que cette décision du géant américain nuisait aux efforts du gouvernement birman pour promouvoir la «réconciliation nationale».

Publicité