La Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné jeudi à la Birmanie de prendre «toutes les mesures» en son pouvoir pour prévenir un éventuel génocide à l'encontre de la minorité musulmane des Rohingyas.

La Cour basée à La Haye (Pays-Bas) a accordé une série de mesures d'urgence requises par la Gambie, qui accuse la Birmanie d'avoir violé la Convention des Nations unies pour la prévention et la répression du crime de génocide.

Lire aussi: L’enquête qui a dévoilé les crimes contre les Rohingyas en Birmanie

Un rapport sur les mesures prises attendu dans quatre mois

Le juge président Abdulqawi Ahmed Yusuf a déclaré que la Birmanie «doit prendre toutes les mesures en son pouvoir afin de prévenir la commission de tout acte entrant dans le champ d'application» de cette convention. Ces actes comprennent notamment le «meurtre de membres du groupe» rohingya et la «soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle».

La CIJ, plus haute instance judiciaire de l'ONU, a ordonné à la Birmanie de lui fournir un rapport sur les mesures prises pour exécuter son ordonnance dans les quatre mois, puis tous les six mois. La Gambie, à majorité musulmane, avait demandé à la Cour d'ordonner des mesures d'urgence dans l'attente d'une décision finale en l'affaire, qui pourrait prendre des années.

Depuis août 2017, environ 740 000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir les exactions de militaires birmans et de milices bouddhistes. Quelque 600 000 Rohingyas restent également confinés dans des camps et des villages en Birmanie, ne pouvant en partir qu'avec autorisation. Beaucoup ont cherché au fil des années à gagner la Thaïlande ou la Malaisie.

La cheffe de facto du gouvernement birman, Aung San Suu Kyi, a marqué l'histoire de la CIJ, plus haute instance judiciaire de l'ONU, en assurant elle-même la défense de la Birmanie lors d'audiences à la mi-décembre.

Lire également: Aung San Suu Kyi, bouclier de l’armée birmane face aux accusations de génocide

Une procédure accusée de «saper la réconciliation»

Dans une rare déclaration commune mercredi, plus de 100 organisations de la société civile birmane ont exprimé leur soutien aux accusations portées devant la CIJ contre leur pays. Selon ces organisations, le système judiciaire interne de la Birmanie n'est pas en mesure de rendre des comptes et a simplement permis aux coupables de «continuer à commettre des actes de violence en toute impunité».

Un porte-parole de l'armée birmane n'a pas souhaité répondre aux questions des journalistes sur le sujet jeudi matin à Naypyidaw, déclarant que celle-ci «suivrait les instructions du gouvernement».

Très critiquée par la communauté internationale pour son silence dans cette affaire, Aung San Suu Kyi a fermement rejeté devant la CIJ les accusations selon lesquelles l'armée avait agi avec une «intention génocidaire». La lauréate du prix Nobel de la paix a aussi mis en garde contre une procédure susceptible de «saper la réconciliation» des communautés en Birmanie.

Les décisions de la CIJ, fondée en 1946 pour régler les litiges entre États, sont contraignantes et ne sont pas susceptibles d'appel. La Cour n'a cependant aucun moyen de les faire appliquer. La Birmanie est mise en cause dans d'autres procédures dans cette affaire, devant la Cour pénale internationale (CPI), qui poursuit des individus, et en Argentine.