Géopolitique

Le blues de la Conférence du désarmement

Installée à Genève depuis 1979, la Conférence du désarmement célèbre ses 40 ans d’existence. Mais bloquée depuis 1996, elle peine à se réinventer un rôle post-guerre froide.

Il y a eu le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires en 1996. Et puis plus rien, ou presque. Depuis cette date, qui vit l’avènement d’un traité majeur négocié au Palais des Nations à Genève avant d’être formellement adopté à l’Assemblée générale à New York, la Conférence du désarmement est plongée dans un doute profond, quasi existentiel. A quoi sert-elle? Bloquée depuis vingt-trois ans, la CD, comme l’appellent presque affectueusement les diplomates, erre dans les arcanes d’une géopolitique mondiale fortement modifiée depuis la fin de la guerre froide.

Lire aussi: Le désarmement, une histoire profondément genevoise