Le gendarme du transport aérien américain, la FAA, doit améliorer et renforcer ses inspections de nouveaux avions afin d'identifier les risques, a conclu un organe gouvernemental dans un rapport examinant la supervision du Boeing 737 MAX après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts.

Lire aussi: Boeing paie ses erreurs mais le 737 Max vole

Dans ce rapport d'une soixantaine de pages publié mercredi, l'inspecteur général du département du Transport affirme que des «faiblesses» dans le processus de certification du MAX ont affecté l'examen de cet avion vedette autorisé à voler en 2017.

«Nous avions identifié des limites aux processus et à la supervision de la FAA, ce qui a impacté la certification (du MAX) et conduit à une incompréhension significative (...) du MCAS», le système antidécrochage mis en cause dans les deux accidents mortels, écrit l'inspecteur général.

Un rapport qui intervient après une nouvelle avarie

L'agence fédérale «n'avait pas une compréhension totale des évaluations portant sur la sécurité effectuées sur le MCAS jusqu'au premier accident», celui de Lion Air survenu fin octobre 2018, peut-on lire dans le rapport. Cinq mois plus tard un appareil MAX de la compagnie Ethiopian s'écrasait à son tour, faisant 157 morts.

Ce rapport est publié quelques jours seulement après une avarie spectaculaire, à Denver (Colorado, ouest), d'un Boeing 777 équipé de moteurs Pratt & Whitney.

Lire encore: Incident du Boeing 777: Washington demande un examen approfondi de certains moteurs

Des regards se sont tournés vers la FAA après que celle-ci a annoncé avoir envisagé d'imposer des inspections plus strictes sur ces moteurs après un incident sur un vol Japan Airlines fin 2020. En filigrane, la question que l'on se pose est de savoir si l'incident de la semaine dernière du Boeing 777 aurait pu être évité si la FAA avait ordonné une inspection approfondie des moteurs Pratt & Whitney.

«Une évaluation plus holistique des changements» garantie

Pour revenir au Boeing 737 MAX, l'inspecteur général propose quatorze recommandations pour permettre à la FAA d'identifier à temps les risques.

L'agence fédérale devrait notamment demander aux constructeurs aéronautiques de soumettre une analyse sur les probabilités de panne et mettre en place des processus forçant les avionneurs à «notifier officiellement les ingénieurs de la FAA en charge de la certification de tout changement effectué dans l'évaluation des systèmes de sécurité, même si ceux-ci sont effectués après le vol test de l'appareil par la FAA».

Se disant en accord avec les conclusions du rapport, le régulateur aérien a indiqué, dans une déclaration intégrée dans le document, avoir déjà pris certaines des mesures pour «garantir une évaluation plus holistique des changements liés à la conception des appareils».