Evoquer un retour gagnant pour le chef de la CDU après les élections régionales en Saxe-Anhalt ce dimanche serait excessif. Mais Armin Laschet peut respirer. Qu’importe si la première place de son parti lors de ce scrutin doit beaucoup à des facteurs locaux, le patron des chrétiens-démocrates voit enfin la dégringolade enrayée.

Car la séquence que la CDU a connue depuis le début de l’année a été catastrophique. L’élection de son président – entre Armin Laschet, le Rhénan tout en rondeurs proche d’Angela Merkel, et Friedrich Merz, le libéral parfois cassant – a profondément divisé le parti. La formation s’est ensuite engluée dans un interminable pugilat pour désigner son candidat à la chancellerie lors des législatives de septembre. A tel point que le concurrent d’Armin Laschet, le Bavarois Markus Söder, a longtemps laissé planer le doute avant de reconnaître sa défaite.