Les Boliviens ont tranché : le président Evo Morales ne pourra pas briguer un quatrième mandat (2020-2025), sa réforme ayant été rejetée par référendum avec plus de 51% des voix.

Après décompte de 99,41% des bulletins, la tendance est irréversible : le non l'emporte avec 51,33% des suffrages, ont annoncé mardi les autorités électorales.

Il s'agit de la première défaite politique du plus ancien président en exercice d'Amérique latine, qui, à la tête de la Bolivie depuis 2006, devra alors quitter le pouvoir début 2020.

Un vote obligatoire

Evo Morales, 56 ans, avait promis lundi de «respecter les résultats» quels qu'ils soient.

Il semblait encore optimiste mardi en milieu de journée : «Si nous gagnons, ce sera de peu, si nous perdons aussi», a-t-il dit, affirmant qu'«après dix ans (au pouvoir), la majorité continue de (nous) soutenir».

Evo Morales: «J'adorerais être dirigeant sportif»

Dans ce pays où le vote est obligatoire, 6,5 millions de Boliviens, plus 300.000 à l'étranger, avaient été appelés dimanche à autoriser leur président à briguer un quatrième mandat pour rester au pouvoir jusqu'en 2025.

Avant le scrutin, l'ancien berger de lamas devenu le premier président amérindien de la Bolivie s'était montré serein face à une éventuelle défaite : «Je suis prêt. Avec un tel bilan (à la tête de la Bolivie), je retournerai heureux et content chez moi. J'adorerais être dirigeant sportif», avait-il confié au quotidien espagnol El Pais. 

Des fêtes organisées par les opposants de Morales dès dimanche soir

Depuis les premières estimations, le camp présidentiel n'avait eu de cesse de qualifier ces chiffres de prématurés, misant notamment sur le comptage, effectué en dernier, des votes dans les zones rurales, plus favorables à Evo Morales.

Lire aussi:  Référendum: un quatrième mandat refusé à Evo Morales, selon les médias

Après l'annonce de la victoire du non par les médias, les opposants au président Morales ont organisé des fêtes populaires dans plusieurs villes, comme Santa Cruz (est) et Trinidad (nord-est).

«Ils ont demandé que le peuple décide et il a décidé, respectez les résultats !» avait clamé lundi sur Twitter Samuel Doria Medina, ex-candidat à l'élection présidentielle, vaincu à deux reprises par Evo Morales.

L'analyste politique Andrés Torres prédit «des batailles internes pour succéder» à Evo Morales. Mais ce sera «très difficile de trouver un successeur qui ait la même capacité de cohésion», prévient-il.

Jusqu'à la semaine dernière, les partisans de la révision constitutionnelle étaient à égalité avec les opposants dans les intentions de vote. Mais des accusations de corruption à l'encontre de Evo Morales ont contribué à largement avantager le non.

Il est soupçonné d'avoir usé de son influence en faveur de son ex-compagne, Gabriela Zapata (28 ans), dont l'entreprise a signé des contrats avec le gouvernement pour des centaines de millions de dollars. Plusieurs enquêtes sont en cours.

Le chef de l'Etat, champion autoproclamé du socialisme du XXIe siècle, a nié : «Quel trafic d'influence ? Tout ça est un montage de l'ambassade des Etats-Unis !»