Sondages et paris 

Pour les bookmakers, il n'y aura pas de Brexit

Les instituts de sondage peinent à départager les deux camps qui seraient au coude à coude

Les Britanniques parient sur tout et le Brexit ne déroge pas à la règle. Le sujet enthousiasme les joueurs, plus encore que ne l’avait fait le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, en septembre 2014.

Ladbrokes, une des maisons de pari les plus importantes outre-manche, a déclaré avoir enregistré plus de 10 000 paris, le Brexit intéresserait donc les joueurs autant que la Coupe du monde de football. Selon les bookmakers, qui enregistrent les paris, le maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne est assuré à plus de 80% de chances.

Lire aussi notre éditorial: Brexit ou pas, l’Europe a perdu

Au niveau des cotes, le Brexit est donné perdant à 7 contre 2. Très loin des incertitudes que laissent planer les différents instituts de sondages qui mettent désormais les deux camps opposés au coude à coude. Mais la cote ne reflète pas un pourcentage, elle n’a pas vocation à remplacer les sondages. Au mieux, elle donne la tendance parmi les parieurs. Quant aux sondages, ils se montrent très indécis, sinon confus, avec des disparités entre les différents instituts.

Signe qu’aucun des deux camps n’a pris un avantage décisif et que la bataille reste ouverte. En outre, lors des précédentes élections européennes au Royaume-Uni, en mai 2014, les prévisions s’étaient montrées largement erronées, sous-estimant la vague d’euroscepticisme.


Lire aussi:

Publicité