Loin du bruit et de la fureur de Londres, la version polie et diplomatique de Boris Johnson est arrivée à Dublin lundi au petit matin. Son homologue irlandais, Leo Varadkar, attendait le premier ministre britannique pour un petit-déjeuner de travail, suivi d’une conférence de presse qui s’est déroulée sur un ton cordial. Mais derrière les amabilités, le constat est sans appel: l’impasse sur le dossier irlandais est complète.

Lire aussi notre éditorial: Messieurs les Anglais, tirez (enfin!) les premiers…