Le premier ministre britannique Boris Johnson a perdu jeudi quatre influents collaborateurs dans la foulée du scandale des fêtes à Downing Street sous confinement, affaiblissant encore davantage sa position.

Downing Street a annoncé dans un communiqué publié dans la soirée avoir accepté les démissions de Martin Reynolds, le secrétaire en chef de Boris Johnson qui avait envoyé un mail à une centaine de personnes pour les inviter à un pot en mai 2020, ainsi que celle de son chef de cabinet Dan Rosenfield, un an après son arrivée.

Lire aussi: Le «Partygate» met Boris Johnson en délicatesse avec tout le monde

Le premier ministre les a remerciés pour leur «importante contribution au gouvernement», notamment leur travail sur la pandémie et la reprise économique, a déclaré un porte-parole dans un communiqué. «Ils resteront en place jusqu'à ce que leurs successeurs soient désignés», a-t-il ajouté.

Complotisme

L'annonce de ces départs avait été précédée dans la journée par ceux de Munira Mirza, responsable des politiques à Downing Street, et du chef de la communication Jack Doyle, qui aurait participé à une des fêtes incriminées.

Munira Mirza a reproché à Boris Johnson d'avoir lancé une accusation «trompeuse» contre le chef de l'opposition lorsqu'il se défendait au Parlement après la publication d'un rapport interne accablant sur ces rencontres à Downing Street, qui lui imputait des «erreurs de leadership».

Le premier ministre avait accusé le chef du parti travailliste Keir Starmer d'avoir permis au pédophile Jimmy Savile, feu ex-star de la BBC, d'échapper à la justice quand il dirigeait le parquet britannique. Le recours à cette accusation, répandue dans les milieux complotistes et d'extrême droite, a provoqué un tollé.

Pas d'excuses

Keir Starmer a lui-même accusé Boris Johnson de répéter «les théories du complot de fascistes pour marquer des points politiques pour pas cher». «Il n'y avait aucune base raisonnable ou juste à cette assertion», a écrit Munira Mirza, responsable des politiques à Downing Street, dans sa lettre de démission publiée sur le site du magazine The Spectator. Il s'agissait d'une «référence partisane et déplacée à une affaire épouvantable d'abus sexuels sur des enfants», a-t-elle déclaré. Malgré son appel en ce sens, «vous n'avez pas présenté d'excuses pour l'impression trompeuse que vous avez donnée», a-t-elle poursuivi.

Lire également: La survie politique de Boris Johnson est en jeu

Ancienne membre du défunt Parti communiste révolutionnaire, Munira Mirza a travaillé avec Boris Johnson quand il était maire de Londres entre 2008 et 2016. Downing Street a confirmé son départ, de même que celui du directeur de la communication Jack Doyle.

Selon le tabloïd Daily Mail, il a dit à ses équipes qu'il avait toujours été dans son intention de partir deux ans après son arrivée à Downing Street en 2020, d'abord dans un rôle subalterne, et que sa vie familiale avait fortement souffert de ce scandale ces dernières semaines. Downing Steet a souligné la «gratitude» de Boris Johnson à ces deux anciens conseillers pour leur «contribution au gouvernement».