Il fallait s’y attendre. Jeudi soir, lors d’une grande parade militaire à Pyongyang peu après la fin du 8e Congrès du Parti des travailleurs, la Corée du Nord a présenté un nouveau missile pouvant être lancé à partir de sous-marins. L’Agence Korean Central News l’a qualifié «d’arme la plus puissante du monde».


Une provocation parmi d’autres

La possession d’un tel missile mer-sol balistique et d’un sous-marin changerait la donne stratégique et compliquerait la tâche de Washington. A ce jour toutefois, le développement d’un sous-marin nucléaire semble encore distant, selon les experts. Mais même si ces derniers peinent à certifier qu’il s’agit d’un missile déjà opérationnel, le signal envoyé au nouveau président américain Joe Biden, qui entre en fonction le 20 janvier, est univoque. Kim Jong-un est toujours bien là et entend le faire savoir.