Marchés

Les bourses assommées par la crise Chine-Etats-Unis

Les bourses ont ouvert en forte baisse vendredi, dans un contexte de nouvelles menaces commerciales des Etats-Unis envers la Chine et de crise entre le Japon et la Corée du Sud notamment. Le Dax affichait par exemple -2,03% à l’ouverture

L’indice Nikkei de la bourse de Tokyo a chuté de 2,1% vendredi, victime d’un accès de fièvre du yen dans un contexte de nouvelles menaces commerciales des Etats-Unis envers la Chine, de crise diplomatique entre le Japon et la Corée du Sud et de tirs de missiles nord-coréens.

A l’issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes s’est affaissé de 453,83 points à 21 087,16 points, tandis que l’indice élargi Topix de toutes les valeurs du premier tableau a abandonné 2,16% (-33,89 points) à 1533,46 points.

Lire aussi: Donald Trump attise le conflit commercial avec la Chine avec de nouvelles taxes

Le président américain, Donald Trump, a de nouveau semé le trouble jeudi en brandissant le projet d’imposer de nouveaux droits de douane de 10% sur 300 milliards de dollars d’importations chinoises encore épargnées.

Par ailleurs, le bras de fer né de multiples contentieux historiques entre le Japon et la Corée du Sud s’est encore accentué vendredi, avec la décision de Tokyo de rayer la Corée du Sud de la liste des pays de catégorie A auquel il accorde un traitement de faveur concernant les exportations de produits sensibles. A compter du 28 août, Séoul passera en catégorie B, ce qui durcit les conditions imposées pour que les entreprises sud-coréennes puissent se procurer divers matériaux ou appareils auprès de firmes nippones.

Lire également: Commerce: les relations entre le Japon et la Corée du Sud s’enveniment

Enfin, la Corée du Nord, a encore procédé vendredi à des tirs de missiles, pour la troisième fois en huit jours.

Malgré la flambée du yen qui découle de ces diverses tensions et pousse les acteurs du marché à vendre, surtout à la veille du week-end, des analystes estiment que la Bourse de Tokyo devrait se reprendre la semaine prochaine.

Paris, Francfort et Londres en recul

La bourse de Paris a ouvert en fort recul vendredi (-1,84%), assommée par la décision surprise de Donald Trump d'alourdir les sanctions commerciales contre la Chine. A 9h13, l'indice CAC 40 perdait 102,28 points à 5455,13 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,70%.

La bourse de Francfort évoluait vendredi en forte baisse (Dax -2,03%), dans le sillage de Wall Street la veille. Vers 7h15 GMT, l’indice vedette reculait de 248,9 points, à 12 004,30 points, après avoir ouvert en baisse de 1,79%. Le MDax des valeurs moyennes était lui en baisse de 1,45% à 5812,00 points.

La bourse de Londres a ouvert en forte baisse de 1,50%, déçue par la décision du président américain Trump. Dans les premiers échanges, l'indice FTSE-100 des principales valeurs chutait de 113,89 points à 7470,98 points.

Toyota dans la moyenne, Honda plonge

L’action du premier constructeur nippon d’automobiles, Toyota, a lâché 2,29% à 6929 yens, plombée par sa sensibilité aux variations de changes, laquelle lui a d’ailleurs valu de réviser négativement ses prévisions de résultats annuels, bien que ceux du 1er trimestre, parus en fin de séance, se soient avérés plutôt bien orientés.

Son compatriote et concurrent Honda, dont les comptes ont été divulgués après la fermeture du marché, a plus souffert encore: -4,02% à 2613 yens.

Sharp s’enfonce

Le groupe d’électronique Sharp a été très durement sanctionné, au lendemain de la publication de résultats qui ont montré qu’il pâtissait de la guerre commerciale entre Washington et Pékin. Les investisseurs semblent sceptiques sur les mois à venir, même s’il a confirmé ses objectifs pour l’ensemble de l’exercice. Son titre s’est effondré de 13,68% à 1192 yens.

Le yen s’appréciait fortement: un dollar s’échangeait à 107,05 yens vers 06H00, contre 109,21 yens la veille à la clôture de la bourse de Tokyo. La monnaie nippone progressait aussi face à l’euro, qui valait 118,68 yens contre 120,62 yens la veille. L’euro s’échangeait à 1,1085 dollar contre 1,1040 la veille.

Les cours du pétrole, qui avaient d’abord dégringolé après les annonces de Donald Trump sur la Chine, bondissaient: vers 06H15 GMT, le baril de WTI américain progressait de 98 cents (+1,82%) à 54,93 dollars par rapport à la clôture jeudi à New York, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord prenait 1,33 dollar (+2,20%) à 61,83 dollars.

Publicité