Une «mise en scène», des «falsifications vidéo» et des «comédiens». Des «crimes de guerre» voire un «génocide», en tout cas des «atrocités»… Après Marioupol, après Boutcha, voilà la vérité des Russes en guerre contre celle des Ukrainiens, des Européens et des Américains. A cela s’ajoutent les doutes, voire le complotisme ambiant. "Ces morts gisant dans la rue Yablonka de Boutcha sont-ils vraiment morts? Est-ce un hasard s’ils sont retrouvés dans une ville au nom si proche du mot «boucher», en anglais? Ce sang sur le visage de la femme enceinte dont la photo a fait le tour du monde alors qu’elle fuyait la maternité de Marioupol, est-ce du maquillage?"