A moins de trois mois de la présidentielle, le président brésilien Jair Bolsonaro a mis une nouvelle fois en question lundi le système électoral brésilien, devant plusieurs dizaines d'ambassadeurs.

«Nous voulons corriger les défauts, nous voulons la transparence, une véritable démocratie», a dit le président d'extrême droite, en s'en prenant une nouvelle fois au système de vote par urnes électroniques. «Je suis accusé en permanence de (fomenter un) coup de force. Nous avons le temps de résoudre le problème, avec la participation des forces armées.»

A lire: Jair Bolsonaro, au risque de la rupture démocratique

Jair Bolsonaro s'est exprimé pendant près d'une heure au Palais de l'Alvorada, devant les ambassadeurs conviés strictement pour l'écouter sur ce sujet, notamment de France ou d'Espagne. Les ambassadeurs de Chine et d'Argentine, pourtant importants partenaires du Brésil, n'avaient pas été invités, pour des raisons non précisées.

Une idée instillée depuis des mois

Depuis des mois, Jair Bolsonaro instille l'idée que le scrutin pourrait être frauduleux en raison du vote par urne électronique, sans fournir la moindre preuve dans un pays où cette formule a démontré sa fiabilité depuis 1996.

Sans mentionner explicitement Jair Bolsonaro, le président du Tribunal supérieur électoral (TSE), Edson Fachin, a déclaré peu après lors d'un discours que le débat politique a été «limité par des récits qui tendent la société» et qu'il existe un «négationnisme électoral inacceptable». «Il est temps de dire ça suffit à la désinformation. Il est également temps de dire non au populisme autoritaire, qui menace les acquis de la Constitution de 1988», a-t-il ajouté.

Lors d'une audition au Sénat la semaine dernière, le ministre de la Défense Paulo Sergio Nogueira avait proposé «un vote parallèle» avec une urne spécialement destinée à recueillir les bulletins en papier, seul moyen d'éviter une fraude, selon le président.

«Nous sommes à trois mois de l'élection, la proposition des forces armées annule en pratique la possibilité de manipulation (..) Nous ne pouvons pas être confrontés à une élection (organisée) dans la défiance», a dit le président.

Lula fustige des mensonges

Jair Bolsonaro est donné très largement perdant en octobre face à l'ex-chef d'Etat de gauche Luiz Inacio Lula da Silva. Sa critique du système électoral est destinée à préparer le terrain d'une contestation du résultat des urnes et éventuellement de graves troubles politiques, redoutent des analystes.

Pour aller plus loin: L'ancien président Lula de retour dans le jeu

«C'est dommage que le Brésil n'ait pas un président qui appelle 50 ambassadeurs pour parler de quelque chose qui intéresse le pays. (...) Au lieu de cela, il raconte des mensonges à l'encontre de notre démocratie», a écrit Lula sur son compte Twitter, peu après la rencontre de Jair Bolsonaro avec les ambassadeurs.