La foule se fait silencieuse. Sur la Cinelândia, place iconique du centre de Rio de Janeiro, encerclée de gratte-ciel et de prestigieux bâtiments Art déco, les regards sont bas et lourds. Ils étaient pourtant plusieurs centaines, militants parés de rouge, à être venus ici pour fêter le retour de la gauche au pouvoir au Brésil. Les bières étaient prêtes, gelées comme il se doit, les sourires et les chants de victoire aussi. Mais les électeurs en ont décidé autrement.